AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Metal gear solid 4: Children of Big Boss

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
kyo kusanagi
The Sorrow
avatar

Nombre de messages : 615
Date d'inscription : 25/12/2004

MessageSujet: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Lun 28 Mar - 18:00

Voila un ami à moi a débuté une fic. Je vous laisse le plaisir de la lire et n'hésitez à donner vos impressions 1

Cinq ans après l’incident de la Big Shell. Solid Snake est devenu un traître aux yeux des Etats-Unis. Son appartenance à Philanthropie ainsi que les photos diffusées sur internet mais surtout la construction d’un nouvel Outer Heaven inquiètent de plus en plus les autorités de chaque pays. Personne ne sait actuellement quels sont les objectifs du nouveau dirigeant du groupe armé appelé « Children of Big Boss ».

Une moto arrive bruyamment sur une grande butte. La personne assise dessus contrôle parfaitement son véhicule. Elle effectue un dérapage de côté. Elle porte son regard sur une base entourée de barbelés. En retirant son casque, nous pouvons voir une femme. Elle pose sa main sur son coup.

« Colonel, ici Rose ! »

« Je te reçois, mais tout d’abord, utilisons des noms de code. Les espions sont partout, je ne souhaite pas que nous soyons repérés. Ton nom de code… Eva. »

« Et vous ? »

« Spider »

« Compris. »

« Eva, ta mission est d’infiltrer cette base pour récupérer des documents sur les patriotes ! »

« Les patriotes ? »

« Tu n’est pas sans savoir qu’ils sont la cause de tous les conflits et de la montée en puissance du groupe de Solid Snake. Les informations que tu dois dérober pourront nous servir à retrouver les patriotes. Ce sont des documents top secrets avec leur adresse notamment. Soit, pour les retrouver, tu dois aller au centre nord de la base, dans les locaux. »

«Où se trouvent-ils ? »

« Il s’agit en réalité du QG situé à l’extrême nord de la base. Mais attention, comme tu dois t’en douter, l’entrée est gardée, des sentinelles patrouilles un peu partout. Qui plus est, la base est bien plus minée que l’on peut le croire. Si tu es repérée, des gardes viendraient de la cantine ou des dortoirs pour te stopper. De l’extérieur, la base semble calme, mais elle peut se réveiller d’un coup. »

« Pourquoi dois-je opérer le jour ? »

« Cela peut sembler contradictoire mais justement… La nuit, ils se méfient bien plus de l’envahisseur et installent divers barrières, bien plus de gardes en binôme, des claymores, un projecteur et des chiens. Ici, si tu arrives à te faufiler le plus discrètement possible, la mission est réalisable. Deux gardes patrouillent côté sud et deux autres côté Nord. Cependant, prends tes précautions si tu venais à te débarrasser des premières sentinelles. Il n’est pas rare de voir un garde du côté Nord descendre pour voir si tout se passe bien au Sud ! Prends tes jumelles et observe ! »

La jeune femme enlève son casque et remue la tête remettant sa chevelure blonde en place. Elle ouvre ses yeux bleus et prend sa paire de jumelles dans son sac en bandoulière. Elle scrute le camp.

« A ta droite, l’infirmerie. La base est un lieu de repos avant tout, mais les patriotes étant malins, ils ont quand même caché des objets importants dans le QG. Ici, si tu le souhaites, et si le besoin s’en fait sentir, tu peux trouver diverses plantes médicinales et nécessaires de soin. Comme nous ne sommes pas en tant de guerre, tu as peu de chance de retrouver quelqu’un ici, à part pour une mauvaise grippe. Au centre, les deux grands chapiteaux en toile représentent les dortoirs. Comme tu peux l’observer, au centre, il subsiste un « couloir » te permettant de passer au centre. Seulement, il te faudra être sûre de savoir qu’aucun garde au repos ne se trouve aux extrémités. Le bruit de tes pas te trahiraient et ramper t’exposerait à leur vue pour peu qu’ils ne dorment pas. »

« Oui, je vois que les toiles ne recouvrent pas le sol à cause du vent. »

« Exact. Alors prends ton temps, et observe bien avant d’agir. Sur ta gauche, la cantine. Je te déconseille de passer par ce coin sauf si tu souhaites te retrouver devant une bonne dizaine de personnes rivées sur leur gamelle. Il est impossible de passer devant l’entrée sans être repéré, leur regard est directement dirigé dehors, au cas où. Rien n’est laissé au hasard dans le coin gauche. »


« Et si je passais par l’infirmerie ? »

« J’y ai pensé. Malheureusement, la clôture rase l’infirmerie, il te serait impossible de continuer vers le Nord. Ecoute, le seul moyen possible, aussi dangereux soit-il, c’est entre les deux dortoirs. Par contre, au Nord, un homme est posté sur une tour de contrôle, à gauche du QG. »

« Un sniper ? »

« Non, fort heureusement, mais il est certain qu’il possède une bonne vue, il fait le tour relativement souvent, il t’est donc possible de passer lorsqu’il regarde ailleurs. Et puis, il compte énormément sur les gardes au sol, pour se concentrer sur des attaques ennemies à prévenir. Au Nord-Est se situe l’entrepôt d’armes, si tu te sens coincée, utilise du C4 pour exploser leurs munitions. Si une alerte est donnée, ils ne pourront pas tenir longtemps. Cependant, je te le déconseille, surtout si tu souhaites rester discrète. Ce cas de figure ne doit avoir lieu uniquement si tu es dos au mur. Et n’oublie pas, tu serais seule face à un camp de militaires. Sans recharges, ils ont largement de quoi te refroidir ! Tes armes, seront simples. Tu possèdes un mk22 pour endormir tes adversaires, du C4, tes jumelles et des rations ! »

« Ainsi que mes cigarettes… »

« Comment ? Enfin Eva, pourquoi ? »

« Petit plaisir personnel… Rien d’étonnant à ce qu’une femme fume Spider. »

« Infiltre-toi dans le QG sans te faire voir, au bureau du premier étage, celui du commandant, tu devrais trouver dans l’un des tiroirs les documents te permettant d’en apprendre sur les patriotes ! Si tu as besoin d’aide, contacte-moi, ma fréquence est 141.80 ! »


« Compris. Je vole les dossiers importants et je repars sans me faire repérer. »

Eva retire la main de son cou. La route des gardes au Sud est claire, ils marchent horizontalement d’un bout à l’autre. Eva pose sa moto contre un arbre entame sa descente de la butte puis se remet à ramper. A une dizaine de mètres de la clôture, Eva s’accroupit et appelle le colonel par Codec.

« Spider, je n’ai aucune possibilité d’entrer. La clôture barre le chemin, aucun moyen de se frayer un passage vu que du barbelé la recouvre et que, surtout, elle est électrifiée ! »

« C’est exact Eva. Dans ton champ de vision, tu ne trouves aucune possibilité d’entrer ? »

« Négatif ! Et je ne peux certainement pas frapper à la porte pour entrer ! »

« On ne peut rien te cacher. Inspecte bien les alentours, il existe un moyen de pénétrer à l’intérieur. Trouve-le ! »

Eva se baisse de nouveau et se met à ramper sur le sol, en observant la clôture de l’entrée. Arrivée quasiment face à l’infirmerie, elle voit un trou volontaire, formé exprès pour permettre de passer en rampant. Sans se faire prier, Eva emprunte le chemin joliment dessiné.

Son camouflage lui permet de ne pas être vu jusqu’à une certaine distance, à partir du moment qu’elle ne bouge pas ou peu. Elle avance doucement pour se plaquer contre l’infirmerie. En face d’elle, elle peut voir la butte et sa moto en hauteur. A sa droite, un garde s’approchant dangereusement, mais qui repart avant de tomber sur elle. Elle appelle le colonel par codec.

« Spider, je suis entrée dans la base. Les deux gardes patrouillent. Le problème est que je suis à l’est, il me serait difficile de passer tranquillement au centre des deux gardes. »

« Eva, tu as une autre possibilité. Lorsque le garde a le dos tourné et qu’il marche en direction de l’autre sentinelle, contourne l’infirmerie et longe le dortoir de droite pour arriver au couloir. »

« Et si les gardes me repèrent ? »

« Il va falloir jouer serré Eva, ne te mets pas trop près des dortoirs sous peine d’être repérée. Pour contourner le garde, déplace-toi assez rapidement. Par contre, pour le dortoir, rampe lentement et sans bruit pour arriver au couloir. »

Eva observe le garde qui s’approche. Il jette un regard dans sa direction puis tourne les talons et fait le chemin inverse. Eva se jette à terre et rampe très rapidement, se brutalisant les coudes et les genoux du même coup. Elle ne tient même plus compte du garde et tient seulement à arriver au bout. Devant le dortoir, elle se calme, et entame la route reposée. Elle se sent confinée, toute petite. A droite, tous les lits, avec des soldats prêts à intervenir, la mitraillette à côté du lit, à gauche, deux gardes, passant à une dizaine de mètres d’elle, augmentant ses battements à mesure qu’ils se rapprochent ou s’éloignent. Une impression de force se dégage d’elle, elle passe pour une invisible. Des voix la stoppent. Derrière la bâche tremblotante sous le vent, deux soldats allongés sur le lit discutent.

« Eh, elle te manque pas ta femme ? »

« Ne m’en parle pas, surtout en ce moment, on a rien à faire… Moi, j’irai bien lui rendre visite à ma femme »

« Ah, ah, ah ! Surtout qu’ici, qu’on soit là ou pas, c’est pareil ! On ne protège rien, on n’a pas eu d’attaque depuis un bout de temps, la dernière fois, c’était un animal sauvage ! »

« Restons sur nos gardes quand même. Le chef a dit que l’ennemi rodait aux alentours. »

« Moi je crois que c’est uniquement pour pas qu’on déserte… »

Eva continue sa route, portée par la voix des soldats, qui camouflent ses propres mouvements. Elle s’insinue dans le petit couloir formé par l’espace crée par les deux dortoirs. Elle garde la tête en avant malgré sa curiosité. Une envie d’observer l’intérieur lui prend mais elle reste concentrée et continue son chemin. Sans pouvoir enlever la terre, elle se relève, arrivé au bout du couloir, maintenant en face de la partie Nord. Elle jette un œil à la tour de contrôle. Le garde a l’air de plus scruter l’horizon que le sol. Par contre, les deux gardes ne laissent passer personne. Et pour peur qu’ils la repèrent, le troisième sur la tour peut la tuer facilement. Elle sort son arme de son sac et vise le garde à sa droite. Il sort de son champ de vision, il se dirige vers l’entrepôt. Eva reste dans a position, sans bouger, de peur d’être vu par le second garde sur sa gauche. Elle reste les bras tendus, le viseur pointé à la même hauteur pour cueillir la sentinelle à son retour. Le revoilà ! Elle tire sans hésiter et le garde s’écroule lourdement au sol, une balle dans la tête.

« Hein ? »

Eva n’avait pas fait attention au garde sur la gauche. Elle ne le voit pas. Il est caché par une des bâches. Mais apparemment, il a tout vu. Il se dirige dans sa direction, elle entend ses pas. Eva recule et se recroqueville pour éviter d’être repéré. Elle lève son arme, prête à tirer en cas de besoin. Puis, elle voit le garde, juste face à elle, observant, hagard, le garde au sol. Puis, il se retourne vers elle, étonnée. Il avance doucement, l’arme tenue avec force.

« Qu’est ce que… »

Eva tire sur le garde qui manque de s’écrouler. Elle le rattrape rapidement et en douceur, pour n’alerter personne dans les dortoirs. Elle l’allonge, se relève et voit que la sentinelle dans l tour de contrôle continue sa ronde. Elle avance à petit pas puis se met à courir pour se plaquer contre la tour de contrôle. Elle se penche pour observer le QG. Aucune patrouille. Elle doit juste penser à la sentinelle dans la tour. Le garde s’étire en baillant à la fin d’une ronde, dos au QG. Eva sort de sa cachette et court jusqu’au QG. Elle pousse doucement la porte en regardant autour d’elle. Mais, tout à droite, derrière la clôture, se trouve une autre sentinelle patrouillant tout autour de la base. Il repère Eva et s’apprête à communiquer par radio qu’un intrus s’est infiltré lorsque d’un coup, une lame de sabre lui transperce net la gorge. Le garde tombe à genoux puis sur le sol, dans son sang. Eva entre dans le QG.
En face d’elle trône un bureau avec des casiers juste derrière. Un escalier sur la droite mais opposé à elle. Si une personne descend, elle peut toujours se cacher sans être surprise. Eva entend deux personnes parler.

« Les patriotes nous ont prévenu de rehausser les niveaux de garde. Allez alerter tout le monde pour augmenter la surveillance. Je ne veux qu’absolument personne ne passe. »

« Ils vous ont dit pour quelle raison… ? »

« Non, rien de précis, mais ils craignent un espion… Je préfère obéir aux ordres sans réfléchir. Faites de même »

« Très bien. »

Eva se cache derrière la gauche du bureau, pouvant ainsi voir la personne de l’escalier. Un officier descend de profil chacune des marches. En bas, il se dirige vers la porte. Eva s’élance et attrape l’officier par le cou.

« Si vous bougez, vous êtes mort ! » dit-elle en chuchotant.

Eva l’attire dans les escaliers et se présentent devant le supérieur de l’officier, caché derrière lui.

« Et bien, que se passe-t-il, je vous ai donné un ordre ! »

Eva sort derrière l’officier et tire une balle dans la tête du commandant. L’officier tente de se défendre, Eva le maintient fermement par les bras et lui donne un coup de crosse sur le crâne. Après de multiples recherches dans les dossiers et dans les tiroirs, elle contacte le colonel.

« Spider, aucune trace des patriotes ici ! »

« Mince ! Il est certain que ce lieu n’est pas leur quartier général ! »

« Que voulez-vous dire ? »

« Normalement, un dossier concernant les patriotes se trouve dans l’un de leur tiroir. Nous avons eu le tuyau par un informateur ! »

« Une personne de la maison ? »

« Non, anonyme. »

« Mince. Mais alors, pourquoi se fier à ces informations fausses !!! Et pourquoi les patriotes cacheraient tant de renseignements sur eux dans un si petit camp ? »

« Ecoute Eva, c’est la seule piste que nous avons pour retrouver leur trace. Je suis désolé, mais même si cela ne te semble pas fiable, cette personne nous a donné une carte précise de l’endroit. Elle semble savoir exactement de quoi elle parle ! »

« Une personne de la base alors ? Et si c’était un piège ? »
« Je ne pense pas… »

« Pourtant, ça en a tout l’air. Je me retrouve coincé ici, sans savoir quoi faire. En plus, les autres sentinelles vont se rendre compte pour les gardes endormis !! »

« Eva, sur le plan qu’il nous a fourni, il existe un second endroit. »

« Un second lieu ? »

« Oui…Malheureusement, je ne sais pas comment y accéder… Je n’en ai pas tenu compte au début. Il s’agit d’un dépôt ou quelque chose dans le genre. C’est un grand bâtiment unique. Mais il n’existe aucun lien entre ce bâtiment et le camp où tu te trouves ! »

« Spider, comment pouvez-vous faire confiance à une personne inconnue ? »

« Je ne pense pas me tromper en disant que nous avons suivi une bonne piste Eva. Je ne vois pas ce que chercherait cette personne en te mettant à jour. Il saurait très bien que nous enverrions un agent ! »

« Oui, mais peut-être cherche-t-il à remonter jusqu’à vous ! »


Dernière édition par le Mer 30 Mar - 15:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kyo kusanagi
The Sorrow
avatar

Nombre de messages : 615
Date d'inscription : 25/12/2004

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Lun 28 Mar - 18:01

Dans le talkie-Walkie de l’officier, une personne tente d’entrer en contact.

« Officier Johnson, nous sommes arrivés. Nous vous apportons des munitions supplémentaires. Officier Johnson ??? Nous ne restons que cinq minutes, ensuite nous repartons. Nous déposons les munitions à terre. Officier Johnson ? »

« Spider, je vais voir de quoi il en est ! »

Eva coupe la communication. Elle redescend et sort des bureaux. Elle découvre avec surprises plusieurs gardes en train de réveiller ceux endormis.

« L’ennemi est ici. Renforcez la garde ! » Au lieu de courir au risque d’être vu, Eva marche vers la gauche et passe derrière les bureaux. Elle se plaque ensuite au mur et jette un œil. A la parallèle de l’entrepôt, un camion se trouve présent. Eva marche en observant autour d’elle. Devant le camion, elle entend des voix se rapprocher, elle se baisse et rampe en dessous le camion.

« Je me demande ce que font les soldats. Personne ne tient compte de notre arrivée. Raine n’aime pas attendre en plus… »

« Ouais, je préfère encore tout jeté par terre plutôt que de revenir en retard. »

Durant leur discussion, Eva se faufile à l’intérieur du camion sans éveiller leur attention. Elle se place derrière une caisse et se recroqueville pour ne laisser dépasser aucune parcelle de son corps.

Des bruits de pas pressés se rapprochent.

« Vous n’avez vu personne ? »

« Non, pourquoi ? »

« On a un intrus dans la base. Mais c’est pas grave, laissez tomber. On se charge des armes, vous pouvez partie. »

« Très bien. »

Les portes arrières se referment laissant Eva dans la pénombre, puis les deux conducteurs montent et ferment les portes à l’avant.

« Ils sont pourtant nombreux dans la base et ils laissent s’échapper une personne… »

« Des incapables. »

Eva attend impatiemment que le camion s’arrête. Le temps lui semble long, elle n’écoute plus les discussions de ses « accompagnateurs ». Puis, Eva entend un bruit, une grande porte s’ouvre lentement. Le camion avance encore un peu puis stoppe, la porte se referme. Les deux conducteurs descendent et laissent Eva seule. Elle attend de n’entendre plus aucun son puis sort par l’arrière du camion. Elle appelle le colonel.

« Spider, pouvez-vous savoir où je suis ? »

« Apparemment… tu es dans le QG. »

« Je suis dans une grande salle, au milieu de plusieurs camions comme celui dans lequel j’ai voyagé. J’ai une porte au fond de la salle, à droite, il me semble, et au dessus de moi, deux couloirs mais je ne vois aucun escalier ni échelle pour y accéder. Cela semble être des tours de garde, je ferai mieux de me tenir en dessous et ne pas m’amuser à me balader au centre de la salle. »

« D’après ce que tu me dis, tu es effectivement dans le QG. Hormis cette salle, il en existe deux autres. A droite, une salle d’entraînement pour les soldats mais aussi un centre d’expériences biologiques ! »

« Mais pourquoi ? »

« Je pense que tu te trouves dans une base toute différente. Un centre d’entraînement, un centre de recherches… Il s’agit très certainement d’expériences visant à améliorer les soldats génomes. »

« Les améliorer encore ? »

« Leur vision est encore très limitée, mais elle est compensée par une grande maîtrise du combat. Pour autant, cela reste un grand handicap, regarde, tu es passée sans encombre ! »

« Que dois-je faire Spider ? »

« Montre au premier, il n’existe qu’un seul bureau dans toute la base, les informations sur les patriotes doivent certainement se trouver à l’intérieur. Infiltre-toi toujours discrètement, surtout si c’est un lieu bien plus important que le précédent. »

« Qu’entendez-vous par là ? »

« Si il existe des soldats ayant subi des améliorations, évite le combat. »

« Compris. »

« Dès que tu trouves le dossier sur les patriotes, débrouille-toi pour sortir d’ici, un hélicoptère t’attendra à cinq kilomètres. En passant par la forêt, tu devrais arriver jusqu’à là-bas sans dommage. »

« Très bien, je trouve le dossier puis le ramène à bon port. »

Eva coupe le codec, slalome entre les camions puis emprunte la porte. Une autre porte à quelques mètres d’elle, mais à sa gauche, au fond du couloir, un garde est posté. Etant donné que le couloir est vitré, le garde, quand il effectue sa ronde, a une vision générale de la salle. Ainsi, aucune personne en théorie ne peut s’en sortir. Les sentinelles postées au dessus observent le centre et le dernier prend au piège les côtés. Eva sort son arme et tire en pleine tête sur le garde qui tombe en arrière, endormi. Eva ouvre ensuite en face d’elle. C’est la salle d’entraînement. Les soldats génomes exécutent des parades d’attaques et de défenses sur un tatami. Autour du tatami est disposé du matériel de musculation. Eva referme la porte et se dirige vers la seconde en évitant le garde endormi. La salle abrite le centre de recherches. Assis à des bureaux, plusieurs scientifiques s’affairent. Ils sont tous en blouses blanches, couleur des murs et des bureaux. Une pureté malsaine s’en dégage, un soldat génome est attaché au fond de la salle et subit des tests divers. Eva referme la porte. A gauche, après s’être retournée, Eva voit l’escalier, mais elle reste hagarde devant un troisième chemin. La bifurcation menait à une autre porte. Mais Eva n’a pas le temps, elle emprunte directement l’escalier. Eva reste sur ses gardes lorsqu’elle entend des cris puis des chutes lourdes. Eva braque son arme devant elle tout en arrivant au premier étage, passant un pied devant l’autre avec lenteur.

Mais en haut, aucune âme qui vive. Les deux couloirs de patrouille sont inoccupés. Eva jette un coup d’œil mais ne voit strictement personne. Mais en avançant vers la porte du bureau, Eva marche sur une petite traînée de sang, s’écoulant jusqu’au rez-de-chaussée. Eva s’appuie sur les rambardes et regarde en bas. Mais rien à l’horizon. Toujours très prudente, Eva s’avance et pousse la porte du bureau. Elle braque son arme sur le siège derrière le meuble de bureau. Une personne est assise de dos.

« Bonjour chère Madame. Je m’appelle Raine ! Que puis-je faire pour vous ? »

« Vous attendiez ma visite ? »

« Oh, à entendre les hurlements des sentinelles, je savais que j’allais recevoir une visite. »

« Les sentinelles… ? »

« Toujours est-il que… votre voyage s’arrête ici »

Raine se retourne puis se lève. C’est une grande masse musculaire que l’on devine en dessous d’un grand manteau noir recouvrant son corps. Il mesure plus de deux mètres et son faciès montre qu’il n’a rien d’un enfant de cœur. Il esquisse un sourire sadique et empoigne un talkie-walkie.

« A tous les soldats dans la salle d’entraînement, j’ai intercepté un intrus. Je demande…hmm… dix soldats. Cela suffira amplement »

Eva tire plusieurs fois, Raine reçoit deux balles et se jette à terre. Eva se retourne, elle entend les pas des gardes. Elle ferme la porte et braque son arme, prête à les accueillir. Un grand bruit sourd, comme si une personne se réceptionne. Puis des tirs, les balles ricochent. Des cris et des coups, de la chair tranchée. Le silence. Eva donne un coup de pied dans la porte. Elle laisse s’afficher l’horreur. Les soldats génomes gisent à terre, certains contre la rambarde, d’autres carrément dessus. Les blessures sont diverses, les soldats sont lacérés de haut en bas ou de droite à gauche. Eva avance, peu rassurée, au milieu des cadavres.

« Qu’est ce que… »

« Tu m’oublies ma chérie ? »

Raine se tient derrière elle et s’élance dans sa direction le poing en avant. Eva se retourne mais n’a pas le temps d’arrêter le coup. Sorti de nulle part, dans un majestueux saut, un ninja entre en scène. Il atterrit entre Eva et Raine et repousse ce dernier.

« Qui es-tu ?? »

Raine reprend son talkie-Walkie.

“Je réclame tous les soldats génomes au premier étage !!! Vite !!!! »

Le ninja se retourne vers Eva.

« Tu vas devoir te débrouiller pour les soldats. Je me charge de Raine ! Si vraiment tu as besoin d’aide, je viendrais t’aider. »

Eva s’accroupit, visant l’escalier, en ne s’occupant pas du combat derrière elle. Elle tire et endort directement chaque soldat se présentant à elle. Puis, elle est assaillie, certains effectuant des roulades en avant et se mettant à couvert juste après. Eva en abat un à droite, puis un autre à gauche, se protège de quelques balles, en tue un allongé puis recule. Un grand fracas derrière elle l’effraie et l’oblige à se retourner. Raine est à terre, allongé sur la porte. Le ninja saute devant Eva et avec son sabre arrête toutes les balles. Il court ensuite tout en stoppant les tirs puis égorge et transperce les ennemis. Il les balance ensuite par-dessus rambarde. Le carnage se termine lorsque le dernier soldat rend l’âme, au sol, la tête dans son propre sang. Le ninja range son sabre saute de nouveau au dessus Eva et se retrouve devant Raine. Il lui assène un coup de pied dans la tête. Raine ne bouge pas et rigole toujours cyniquement. Raine attrape le ninja par le bras, lui donne un coup de poing dans la tête puis le balance par-dessus la rambarde. Le ninja rebondit sur un camion et tombe lourdement sur le sol. Eva tire ses dernières balles un peu partout sur Raine qui ne vacille pas.


« Incroyable… »

« Impressionnée ma petite ? »

Raine court en direction d’Eva, la passerelle tremble, Eva recule terrorisée. Raine donne un coup de pied dans le ventre d’Eva qui tombe sur le dos. Eva se tortille de douleur et observe le gigantesque Raine marchant dans sa direction, un sourire satisfait. Mais, il commence à s’endormir, il bouge la tête frénétiquement pour ne pas flancher. Les tranquillisants agissent enfin et Raine s’écroule sur le ventre. Le ninja réapparaît et aide Eva à se relever.

« Qui êtes-vous ? »

« Je suis là pour vous aider ! »

« Mais…vous ressemblez aux ninjas de Shadow moses et de la Big Shell !! »

« Pourtant, je n’ai rien à voir avec eux. Mon masque permet juste de me cacher et de les effrayer. »

« Qui ? »

« Les patriotes ! »

« Pour qui travaillez-vous ? »

« Je ne peux vous le dire. Mais nous avions capté votre signal radio lors de votre entrée à la base. J’ai fait en sorte que vous arriviez à bon port. »

« Vous comptez me voler les documents ? »

« Non. J’ai un appareil photo (qu’il montre), vous pourrez garder les documents. »

« Expliquez-moi pourquoi vous souhaitez tant avoir ces informations. »

« Je suis désolé, mais il est impossible de vous le révéler. Je peux juste vous dire que j’appartiens au groupe « Philanthropy ». »

« Philanthropy… ? »

« Oui, nous luttons contre les patriotes. »

« Apparemment, un groupe plus important encore menace de déclencher une guerre ! »

« Qui sont-ils ? »

« Un groupe fortement armé qui souhaite lui aussi mettre à jour les patriotes mais non pas par la douceur… ils comptent pour cela pratiquer un véritable génocide. »

« Quel est leur nom ? »

« Le groupe Children of Big Boss…dirigé par Solid Snake !! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naked Snake
Administrateur Exécutif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2244
Age : 31
Localisation : In the Middle East to find Liquid....
Date d'inscription : 24/12/2004

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Lun 28 Mar - 18:15

super!que ton pote continues! 1

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fandemetalgear.forumactif.com/index.forum
Gray Fox
The Boss
avatar

Nombre de messages : 1081
Localisation : toulon
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Lun 28 Mar - 18:35

c'est vachement long, et la j'ai pas le temps de lire
c'est juste pour dire qu'un metal gear après le 2 serait plutot contradictoire, la technologie a pris une telle proportion dans le 2 (machine capable de faire éviter les balles, camouflage optique), qu'une mission d'infiltration serait pas très crédible à l'environnement du jeu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelheart
The Pain
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Ven 1 Avr - 2:07

gray fox a écrit:
c'est vachement long, et la j'ai pas le temps de lire
c'est juste pour dire qu'un metal gear après le 2 serait plutot contradictoire, la technologie a pris une telle proportion dans le 2 (machine capable de faire éviter les balles, camouflage optique), qu'une mission d'infiltration serait pas très crédible à l'environnement du jeu

Je suis l'auteur de la fanfic. Concernant cette suite, je pense qu'il faut prendre plus pour un essai de ma part concernant l'oeuvre de kojima. Proposer une vision de la "suite". Maintenant, quand tu dis qu'une mission d'infiltration est impossible, le numéro quatre va bientôt sortir et je ne pense pas qu'il s'agira d'un jeu d'action tout bête. Enfin, je peux me tromper. J'espère en tout cas, pour les quelques qui ont pris le temps de lire, que cela vous a plus. J'ai encore pas mal avancé et la suite pourra être posté incessament sous peu. Merci à Kyo d'avoir posté ma fic 1.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.insaniaweb.com
kyo kusanagi
The Sorrow
avatar

Nombre de messages : 615
Date d'inscription : 25/12/2004

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Ven 1 Avr - 18:21

De rien angelheart 1

Sinon les autres pas plus convaincu que ça Crying or Very sad

Aller voila suite pour ceux et celles qui ont eu le plaisir de lire le début ^^


Quelques mois plus tard. Le groupe de Solid Snake a pris une part plus importante encore que les patriotes. Plusieurs sources secrètes affirment que le dirigeant compte attaquer de front les Etats-Unis en lançant une frappe nucléaire. Les patriotes n’ont donné aucun signe de vie…

« Raiden, te souviens-tu des informations sur les patriotes récupéré à la base Northfolk ? »

« Oui. Il s’est avéré qu’elles étaient fausses ! »

« Exact. Mais ta mission est toute différente Raiden. Des terroristes sont installés dans un bunker, les politiques de tous les pays craignent une attaque imminente. Ils ne savent pas exactement de quoi ils sont capables. En tant qu’espion, tu dois prendre des informations à la source, nous renseigner sur les actes futurs de ces personnes… Nous ne tenons pas à être les derniers prévenus en cas d’attaque. »

« Ok, Colonel ! »

« Ecoute Raiden… Je dois te dire une chose… Il semblerait que Solid Snake soit à leur tête. »

« Solid Snake ?? Mais c’est impossible ! Nous travaillions ensemble à un moment ! Comment est-ce… »

« Des mois sont passés Raiden. Tu sais, moi aussi j’ai longtemps travaillé avec lui. Mais il a bien changé parait-il. »

« Colonel, qu’essayes-tu de me dire ! »

« Solid Snake travaillait pour la CIA et les Etats-Unis. Imagine les répercussions si tout le monde apprend que Solid Snake se retourne contre le monde entier, si ils apprennent que les patriotes existent… Snake serait capable de révéler tout cela maladroitement. »

« Quelle est ma mission alors ? »

« Tuer Solid Snake… »

« Mais pourquoi ne m’en avoir rien dit avant ??? »

« C’est une mission très récente. »

« Pourquoi devrais-je tuer Solid Snake alors que je dois uniquement chercher des renseignements ? »

« Simple précaution… »

« Hmmm… »

« Raiden, moi aussi je préférerai régler cette histoire autrement. Mais pour le moment, rends-toi compte de la situation. Pour me contacter, utilise le codec, fréquence 140.85. »

« Compris. Je percerai à jour ce mystère. N’oublions pas que pour la Big Shell on annonçait déjà Solid Snake en chef d’un groupe terroriste ! »

« J’espère que tu as raison. »

Raiden coupe la communication. Il se trouve au bord d’un lac. On ne distingue pas son visage avec le masque. Il plonge sans attendre. Raiden pense pendant qu’il nage.

« Solid Snake, chef d’une bande terroriste ? Impossible. Il m’avait guidé après le combat contre solidus, il cherchait la paix… Pourquoi ? Et mon travail ensuite avec lui et Otacon ? »

Raiden remonte et débarque devant la forteresse. Il laisse dépasser uniquement sa tête de l’eau. Il appelle le colonel par codec.

« Colonel, je suis devant la forteresse ! »

« Bien Raiden. Tu vas continuer sur ta droite. Tu auras une bifurcation à gauche, tu pénétreras dans un tunnel. En nageant quelques minutes, tu devrais te trouver à l’intérieur même de la base. »

« Compris. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gray Fox
The Boss
avatar

Nombre de messages : 1081
Localisation : toulon
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Ven 1 Avr - 23:34

Angelheart a écrit:
gray fox a écrit:
c'est vachement long, et la j'ai pas le temps de lire
c'est juste pour dire qu'un metal gear après le 2 serait plutot contradictoire, la technologie a pris une telle proportion dans le 2 (machine capable de faire éviter les balles, camouflage optique), qu'une mission d'infiltration serait pas très crédible à l'environnement du jeu

Je suis l'auteur de la fanfic. Concernant cette suite, je pense qu'il faut prendre plus pour un essai de ma part concernant l'oeuvre de kojima. Proposer une vision de la "suite". Maintenant, quand tu dis qu'une mission d'infiltration est impossible, le numéro quatre va bientôt sortir et je ne pense pas qu'il s'agira d'un jeu d'action tout bête. Enfin, je peux me tromper. J'espère en tout cas, pour les quelques qui ont pris le temps de lire, que cela vous a plus. J'ai encore pas mal avancé et la suite pourra être posté incessament sous peu. Merci à Kyo d'avoir posté ma fic 1.

Nan franchement ton truc est bien, mais dans le 2 snake a comme excuse le fait que son camouflage optique s'est pété dans son saut du pont hudson je crois. Si l'histoire est postérieure, faudrait trouver d'autres excuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelheart
The Pain
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Fic suite   Lun 4 Avr - 22:56

Je poste moi-même la suite de la fic.


Raiden suit les instructions et nage jusqu’à débarquer dans une salle, une salle lui rappelant étrangement son arrivée dans la Big Shell. Il emprunte une échelle pour débarquer sur la terre ferme. Un mini sous-marin était accroché à une poulie, au dessus de l’eau. L’endroit était confiné. Deux casiers puis une porte. La salle ne servait à rien d’autre qu’à emprunter le sous-marin.

« Colonel ! Cet endroit me rappelle bizarrement la big Shell. »

« Oui. Parait-il que Snake a insisté pour construire ce lieu qui est apparemment rarement utilisé. »

« Je vous crois. Des cafards grouillent sur les murs et sur les casiers. Ils ont élu domicile ici. Je ne vais pas traîner davantage ! »

Raiden coupe la communication et enlève son masque. Son visage est ridé, il possède un peu de barbe. Un air moins innocent s’en dégage, plus sérieux, plus grave. Raiden monte un escalier et se dirige vers la porte en jetant un dernier regard sur le mini sous-marin et la pièce. Un long couloir puis une bifurcation sur la droite. Raiden tient son mk22 en jetant un œil à droite à gauche. Chacun de ses pas ponctue sa route jusqu'à une grande salle. A la gauche de Raiden se trouve un ascenseur. Mais, en face de lui, derrière des caisses, une porte. Raiden est caché par un amas de caisses empilées à côté de lui. Le garde effectue sa ronde autour des caisses, lentement, avec sûreté. Raiden s’accroupit pour ne pas être repéré et attend que le garde passe. La sentinelle se dirige ensuite au nord de Raiden soit à la porte, pour ensuite bifurquer à gauche. Raiden s’arme et attend que le garde revienne dans son champ de vision. Les secondes s’égrainent et le garde s’approche. Raiden est tenté de jeter un œil mais préfère attendre son arrivée. Lorsque celui-ci se découvre, Raiden lui tire une flèche dans la tête, alors qu’il se trouve de profil. A un mètre de lui, il ne peut que toucher au but. Raiden prend le temps de cacher le garde (il le traîne jusqu’à la première salle et le range dans un casier) et se dirige vers l’ascenseur. Il appuie sur le bouton mais rien ne se produit. Il attend quelques instants avant de hausser les épaules et se diriger vers la porte. En refermant la porte, la surprise est de taille. Il se trouve dans une forêt. Un morceau de forêt laissé à l’intérieur de la base. Une dizaine d’arbres trônaient au milieu d’une herbe verte, bien coupée. La route était droite, mais les arbres cachent le bout du chemin. La « pièce » est exposée en plein air. Un endroit étrange, un rattachement à la nature dans un lieu si moderne. Raiden entend des coups de feu, il se rapproche. Une scène incroyable l’attend. Des marines sont aux prises avec deux personnes. Elles sont face à six marines pendant que d’autres gisent à terre. La première est Raine. Il a un talkie-walkie à la main.

« Qu’êtes-vous en train de faire ? Quel est ce raffût ? »

« On s’occupe de gêneurs infiltrés ici ! »

« Vous me piquez mon travail !!!! »

« Calme-toi numéro deux, d’autres rats sont ici. »

« Numéro six, dès que vous avez terminé, rejoignez-nous, le chef vous attend »

« Très bien, nous arrivons… »

Raine remet le talkie-walkie à sa ceinture et fonce sur deux d’entre eux qui arment s’apprêtent à tirer. Leurs bras se figent et ils voient avec horreur et impuissance leur adversaire se rapprocher. D’un seul coup de poing il envoie un marine contre un arbre. Son sang éclabousse l’arbre et ses vêtements, il glisse doucement jusqu’au sol. Le second lâche son arme et s’empare d’un couteau à sa ceinture. Raine se retourne vers lui, se tient les hanches et entonne un rire. Le marine attaque mais son bras se fige à l’horizontal.

« Ah, ah, ah. Merci Angelheart !!!”

Raine attrape le bras du Marine et le casse sur son genou, avant de lui briser la nuque avec ses deux mains en lui retournant. Raiden se penche vers la droite pour observer le second personnage. Il est adossé à un arbre, la tête baissée et les yeux fermés et l’on devine ses bras croisés en dessous un long manteau noir. Il a des cheveux longs, bruns. Trois marines l’entourent.

« Pfff…Dire que je dois m’occuper de trois pantins. Vous, contre moi ? Pfff… »

En se mettant de face, l’homme sort un fusil à deux canons de sa blouse et tire sur le premier Marine à sa portée. Les deux autres le carnadent mais les balles ricochent sur lui.

« Tellement naïfs… »

Il retourne son arme sur un second marine hagard, prend le temps de le regarder puis tire, lui offrant un joli trou dans le torse.

« Même tarif pour toi aussi » dit-il au troisième avant de lui dessus.

Le dernier Marine choqué par en courant en direction de Raiden. Soudainement, Raiden voit un jet de lumière grisate se diriger vers la jambe droite du marine. Quand celui-ci le touche, sa jambe se fige. L’homme au fusil sort de derrière un arbre, tend le bras, vise et l’abat. Raine éclate de rire.

« Aucun ne doit survivre !!!! »

Raine et l’homme au fusil disparaissent derrière une porte en bois. Raiden s’avance mais une personne en lévitation fait son apparition. Son enveloppe est très sombre si bien que l’on ne peut voir à quoi il ressemble.

« Toi, tu dois rester vivant ! On s’occupera de toi plus tard !! »

Il disparaît juste après ses paroles. Raiden reste indécis. Il contacte le colonel par codec.

« Colonel, j’ai eu affaire à trois personnes plutôt étranges ! »

« Je vois. Children of big boss… »

“Qui sont-ils ?”

“Ils font partie de l’élite du groupe de Solid Snake. Il les a personnellement choisi pour en former sa garde. Ils sont au nombre total de sept. D’ailleurs, ils portent chacun un numéro allant de un à sept. Ils sont tous d’horizons différents et ont chacun leur capacité. Malheureusement, nous n’avons que très peu d’informations à leur sujet. »


« Un d’eux était une véritable montagne ! »

« Raine… Il était présent lors du vol du dossier sur les patriotes, quelques mois auparavant. Sa puissance brute ne t’a certainement pas échappé. Il passe ses journées à maintenir sa force physique. Il est aussi redoutable que rapide. Sa masse ne l’empêche pas de surprendre ses adversaires…Mais surtout, il a un pouvoir spécial. »

« Un pouvoir spécial ? »

« Oui, c’est ce qui le rend le plus redoutable parait-il. Je n’en sais pas plus… »

« Et qu’en est-il de l’homme au fusil ? »

« Meier Link… Personnage obscur. Nous ne possédons strictement aucune information sur lui, je suis désolé… »

« Ok… J’ai aussi aperçu un homme en lévitation ! Un émule de Psycho Mantis ?? »

« Non… Il s’agit d’Angelheart. Une fois encore, je ne peux rien te préciser à son sujet. Tu vas devoir composer seul. »

« Rah…Merci quand même… »

Raiden coupe le codec et emprunte la porte en bois. Il se retrouve dans une petite pièce exiguë, une seconde porte s’offre à lui. Il l’emprunte sans hésiter, la pièce étant vide. Mais la porte ne se referme pas car Raiden reste en plein milieu, surpris par ce qu’il assiste. Une femme est élevée, les bras en croix, pendant qu’un petit garçon tend sa main en sa direction, comme si il la contrôlait. La femme est à quelques mètres de Raiden tandis que le garçon est au bout d’un couloir. L’enfant a un air strict, les cheveux gominés, habillé de manière vétuste : chemise et pull, pantalon en soie. Ses yeux marron sont grand ouverts et fixe la victime. Puis, la femme tombe, le garçon porte sa main sur son front en fermant les yeux, apparemment étourdi. Sorti de derrière un mur, un bras métallique approche l’enfant.

« Tu as encore surévalué tes pouvoirs télékinesiques numéro quatre ! »

L’enfant lui attrape la main et il part du champ de vision de Raiden. La femme se relève. Raiden l’interpelle.

« Est-ce que ça va ? »

« Oui…Je vais bien… »

« Qui êtes-vous ? Et qui sont-ils ?? »

« Je m’appelle Eva. Je suis envoyée par le gouvernement Américain pour arrêter Solid Snake et le Metal Gear… »

« Le Metal Gear ???? »

« Oui. Solid Snake a en sa possession un Metal Gear nouvelle génération. »

« Mais comment est-ce possible ? »

« Une personne anciennement chez les patriotes a rejoint ses rangs et lui a donné des informations permettant la construction de ce nouveau Metal Gear. »

« Je n’étais pas au courant de leurs intentions… J’imagine qu’ils comptent attaquer avec le nouveau Metal Gear ? »

« Oui. Leur but est bien entendu de faire chanter les Etats-Unis pour obtenir la liste des patriotes voire mieux, mettre la main sur les patriotes eux-mêmes ! »

« Qui était ce garçon ? »

« Un des membres des Children of big boss…Damien, plus connu sous le nom de numéro quatre. Un autre était avec lui aussi… Le groupe Children of big boss sont au nombre de sept, personne ne sait pourquoi un chiffre allant croissant leur a été attribué. Mais, j’en ai appris assez pour les connaître tous… Numéro un est aussi appelé Deadmaker, c’est un ancien militaire du vietnam. Les graves séquelles qu’il en a gardé en a fait de lui un fou furieux, persuadé d’être toujours en guerre. C’est un solitaire mais il sert parfaitement Solid Snake. Il suffit de voir quelqu’un d’étranger pour qu’il prenne un fusil ou une grenade pour l’exterminer. Il est tellement dangereux qu’il est parqué dans la base, dans un lieu neutre, exprès pour lui. Des gardes lui jettent à manger pendant qu’il dort… Mieux vaut éviter de le rencontrer. Numéro deux est un asiatique. Son vrai nom est Samo Hung. Il n’a rien d’un militaire mais pourtant il est très fort pour les combats à mains nues. C’est lui qui apprend aux sentinelles à apprendre à se battre. Ne possédant pas d’armes, il attaque généralement par surprise ses proies. Il a été élevé dans les rues à la dure, il travaillait dans un bar avant d’atterrir ici… Rien ne le prédestinait à devenir un membre du groupe le plus connu en ce moment. Numéro trois est un cyborg. Mi-homme mi-cyborg. C’est une victime de la guerre comme Gray Fox. Il possède parait-il les facultés physiques d’un ancien grand héros qui était appelé Naked Snake durant la guerre froide. Numéro quatre est l’enfant qui m’a attaqué. Il possède des pouvoirs télékinesiques, mais ils sont limités. Il n’a normalement la possibilité de déplacer que les objets, c’est pour cela qu’il n’a pas pu me tenir en son pouvoir longtemps. Ses parents sont morts de sa main… Solid Snake l’a pris son sous aile durant l’une de ses missions. Je crois qu’il n’est pas au courant de l’être maléfique qu’il est. Numéro cinq s’appelle Angelheart. C’est un être étrange muni d’une capacité spéciale. Il peut envoyer une attaque paralysante. Il se déplace toujours dans les airs et aime le combat de corps à corps. Il a développé un pouvoir spécial durant la guerre. Certains disent qu’il est déjà mort… Numéro six s’appelle Raine. Je l’ai déjà rencontré avant. Il est toujours présent lorsqu’il s’agit de torturer quelqu’un. C’est pour cette particularité qu’il est très proche du second de Solid Snake. Pour terminer, numéro sept alias Meier Link. Il paraît qu’aucun homme n’a réussi à lui tirer dessus. C’était un mercenaire, un tueur à gages, que le second de Solid Snake l’a engagé, pour son « style ».

« Concernant la base, avez-vous eu des informations de vos supérieurs concernant le lieu et le Metal Gear ? »

« Oui. Cette base est très spéciale. Elle est barricadée, vous avez pu le remarquer. Des gardes sont postés un peu partout et pourtant… On peut se retrouver dans une forêt comme vous l’avez vu ou bien carrément sur un pont au dessus d’un précipice ! »

« Comment cela se fait-il ??? »

« L’idée de solid snake est de créer une base entièrement conçue autour de la nature. Tout ce qui est artificiel est venu prendre la place d’un sol aride ou vert. »

« Mais, avec cette logique, n’importe quel hélicoptère ou avion peut se poser dans l’un de ses endroits et amorcer une attaque ? »

« C’est exact. Mais je pense que Solid Snake est très malin… Il préfère affronter ses ennemis de face plutôt que d’être battu par surprise. Donner une possibilité à l’armée, c’est en quelque sorte leur laisser du terrain mais les prendre au piège aussi. Si le lieu semblait trop inhospitalier, ils enverraient des espions comme toi et moi. C’est beaucoup plus difficile de les attraper qu’un groupe armé et bruyant. Un virus discret fait plus peur qu’une menace qu’on entend arriver. Et Snake doit très bien connaître les méthodes… Bien entendu, il aura des pertes, mais il ne perdra pas la bataille en utilisant ce procédé. Il n’existe que nous deux qui sommes capables de l’arrêter. Qui t’envoie ? »

« Le colonel… Un ancien ami de Snake. Je connais Snake aussi, je souhaitais surtout en savoir plus car nous avons travaillé ensemble auparavant… »

« Je crois que tu vas devoir oublier tes souvenirs avec lui… Il n’est plus le même, c’est certain. Le grand héros de guerre a disparu pour un terroriste sans foi ni loi. »

« Et toi, si tu es une infiltrée tout comme moi, qui t’envoie ? »

« La CIA. »

« Si je comprends bien, nous sommes les deux seuls à avoir été envoyés ici secrètement… »

« Seulement maintenant, nous sommes découverts… Nous allons nous entraider mais à distance. Nous allons prendre deux chemins différents. Cela vaut mieux. Je ne saurai te dire pourquoi ils nous ont épargné pour le moment mais cela ne durera pas. Il faut à tout prix nous séparer. Je prendrais par l’est (dit-elle en désignant une porte à droite) pendant que toi, tu continueras vers l’Ouest ! »

Raiden se retourne et observe la porte de gauche. Les deux couloirs étaient séparés par un mur en bisoc dessiné par eux deux.

« Si tu as besoin d’informations, appelle-moi par codec. Ma fréquence est : 142.52. »

« La mienne est 140.05 »

« Très bien. Je pars sans attendre ! »

Eva court en direction de la porte Est, l’ouvre et la referme. Raiden contacte le colonel par Codec.

« Colonel, connaissez-vous cette Eva ? »

« Négatif Raiden. Mais si c’est bien celle auquel je crois, il s’agit de l’espion qui devait dérober des informations sur les patriotes. »

« Sûr… »

« Qu’y a-t-il Raiden ? Tu sembles pensif »

« Non, non. Mais, comment a-t-elle eu tant d’infos alors que vous avez été dans l’incapacité de m’en donner une seule ? Elle semble pourvoir très bien se déplacer ici alors que je me sens perdu ! »

« Ecoute Raiden…Pour te dire vrai, je t’ai dépêché ici dans l’urgence. Tu dois le savoir, je ne devrai plus exercer en tant que consultant… »

« Alors pourquoi ? »

« Je m’inquiétais pour Snake… Tu sais, je l’ai toujours aidé et suivi dans les moments difficiles, lorsqu’il était seul et pourtant…il est à la tête d’un groupe terroriste…Quelque chose ne tourne pas rond. Alors, pour ne pas éveiller tes soupçons, j’ai fait appel à de vieux amis durant les préparations de la mission, des personnes de terrain qui pourraient te mettre en confiance, sans que tu ais à remettre en doute le but de cette mission. Je n’ai jamais plus d’infos que toi. Uniquement le lieu de la base…On la trouve même sur internet… Je sais que cela est déloyal de ma part de te mentir et t’envoyer sur le terrain sans raison valable mais… tu es assez proche de Snake pour accepter le défi et pourquoi pas le ramener à la raison. Je ne souhaite pas qu’il suive le chemin de Big Boss…Je pense que l’on peut éviter la perte d’un homme tel que Solid Snake… »

« Je vois. Ok colonel. Si telle est ta volonté… Je vais la suivre. »

« Merci Raiden. »

« Pour le moment, mon seul repère est le Metal Gear. Je n’ai ni plan de la base, ni indication. »

« Trouve un moyen d’écouter une conversation ou force un garde à te révéler où se trouve le Metal Gear. »

« Compris. »

Raiden coupe le codec et emprunte la porte Ouest. La nouvelle salle était réellement grande. Face à Raiden, un monte-charge permettait de descendre dans le cœur de la salle. En s’avançant, Raiden aperçoit une vingtaine d’hommes armés et cagoulés en contrebas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.insaniaweb.com
Angelheart
The Pain
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Lun 4 Avr - 22:59

« Combien d’ogives de prêtes ? »

« Uniquement une. »

Raiden voit une grande bâche en dessous de laquelle se dessine l’ogive. Elle trône à côté des gardes.


« Seulement une ? Ocelot en veut une vingtaine !!! »

« Non, celle-ci n’a rien à voir. C’est le gros modèle. Pour le Metal Gear, quatre suffisent. »

« Ah… Les autres ogives seront plus rapides à faire alors ? »

« Exact. »

Raiden observe sur sa droite sans tenir compte maintenant des bruits de fond. Un autre monte charge part en biais vers une tour de contrôle vitrée. Une sentinelle observe droit devant lui. Une barre métallique prolonge le lieu de garde comme une grue. La sentinelle était confinée dans son petit endroit. En regardant mieux, Raiden voit une sonnette d’alarme juste à côté de lui. Raiden comprend mieux à présent pourquoi ce garde est posté ici. En cas de problème, l’alerte générale est donnée. Raiden se trouve dans un lieu de haute sécurité… Mais il ne voit ici qu’un lieu de stockage, la production doit être ailleurs. Le lieu est assez grand pour contenir les quatre grandes ogives ainsi que les petites. Les gardes se trouvaient ici en prévention des ogives prêtes à arriver. En empruntant le monte charge devant lui, il part directement au massacre. Celui de droite lui permet de trouver la sortie au nord plus facilement. Mais, ce chemin n’a rien de simple. Il peut passer derrière le garde, mais celui-ci sera obligatoirement interloqué de le voir arriver jusqu’à lui. Et l’endormir ou le tuer reviendrait à devoir redoubler de vigilance car il serait repéré. Astucieux procédé. Le premier monte-charge se tient comme un ascenceur mais le second est actionné par un système de poulie, avec un haut en triangle. De plus, il est moins large, certainement prévu pour une seule personne. Raiden monte à l’intérieur, une barrière se referme devant lui. Raiden prépare son arme en cas de besoin. Le monte-charge avance lentement jusqu’à la sentinelle toujours de dos. Si il se retourne, Raiden s’en servira d’informateur. Et tant pis si il doit courir ensuite. Raiden préfère se cacher dans un recoin, avec un peu de chance, il ne le verra pas. Le monte charge s’arrête pile derrière le garde créant un bruit certain. Le garde se retourne.

« Hmmm ? »

Il prend un micro situé sur une table de commande.

« Quelqu’un a envoyé un objet par le monte-charge ? »

Pendant ce temps, le monte-charge repart et descend vers la porte de sortie.

« Non, personne. »

« Je n’ai rien vu. Peut-être un disfonctionnement. »

« Je vais aller voir quand même…On sait jamais »

Raiden voit avancer l’un des gardes en sa direction. Il attend avec impatience l’arrivée du monte-charge. Lorsqu’il s’arrête au sol, Raiden effectue une roulade en avant et emprunte la porte. Le garde arrive enfin, observe l’intérieur du monte charge, s’étonne puis repart. Raiden commence à s’engouffrer dans un lieu encore inédit lorsque le codec sonne.

« Raiden. Tu me reçois ? »

« Cinq sur cinq colonel. »

« Nous avons reçu un tuyau…un tuyau anonyme… »

« Vous n’avez pas pu repérer d’où venait l’appel ? »

« Non, malheureusement. Mais, il nous a certifié que le président d’Armtech, qui a financé en quelques sortes le Metal Gear est ici. Après cet entrepôt, dirige-toi au nord, tu devrais accéder aux prisons. Le président est parmi l’un d’eux, tu devras le débusquer. »

« Mais comment faire ? »

« Procure-toi l’uniforme d’un des gardes sur ton passage puis enfile-le une fois dans la prison, approche-toi des cellules et dit : La-li-lu-le-lo. »

« Le signe des patriotes !! »

« Exact ! »

« Comment le président pourrait… ? »

« Il travaillait pour eux mais s’est allié à Snake ensuite. »

« Pourquoi est-il en prison alors ? »

« A toi de le découvrir Raiden. Je pense que quand tu auras mis la main sur le président, tu mettras les choses au clair. »

« Mais comment peut-on faire confiance à ce tuyau ? »

« Apparemment, la personne émet de la base où tu te trouves ! Mais impossible de déterminer de qui cela vient ! Infiltre-toi dans la prison après avoir subtilisé les vêtements et l’arme d’un garde. »

Raiden jette un coup d’œil sur l’endroit. Deux containers, l’un proche de lui et à gauche, l’autre sur sa droite mais plus éloigné. Un garde patrouille entre. Tout à droite, en haut, un garde observe.

« J’aperçois deux gardes »

« Parfait Raiden. »

« Je vous recontacte une fois devant les prisons ! »

Raiden coupe le codec et avance légèrement. Il se met sur la gauche pour observer les déplacements du garde. Maintenant à genoux, Raiden peut voir les escaliers menant au second garde. La première sentinelle effectue un demi-tour par la droite puis passe au centre des deux caisses et effectue un second demi-tour vers la gauche. A ce moment-là, Raiden se plaque contre le mur pour le laisser passe sans être vu. Au moment de son demi-tour à droite, Raiden s’élance. Il marche malencontreusement sur une flaque et le garde se retourne. Raiden se cache derrière le premier container. Après un moment de battement, le garde continue sa ronde. Raiden ne sait plus à quel endroit la sentinelle se trouve et il court vers le container de droite. Mais, en sortant de sa cachette, Raiden se retrouve face à au garde, autant étonné que lui. Raiden donne un coup de pied dans son arme, puis lui assène deux coups de poing dans la tête pour le déséquilibrer. Il termine son œuvre en lui donnant un coup de pied retourné dans la tête l’envoyant s’écraser contre le contrainer droit.

« Que se passe-t-il ? »

Le garde d’en haut a tout entendu. Il descend les escaliers quatre à quatre. Raiden effectue une roulade puis il court vers la droite en dessous les escaliers. Laissant dépasser un œil, Raiden voit le garde en bas, il s’approche doucement près du corps évanoui de son confrère. Raiden sort de sa cachette sur la pointe des pieds. Lorsqu’il est assez proche de lui, il lui attrape et lui retourne la nuque. Le garde tombe sur l’autre. Raiden cache les deux gardes au fond à gauche de la pièce, derrière une haute pile de containers. L’une des radios émet alors qu’il s’apprête à partir.

« Pourquoi votre rapport est si long à venir ?? »

Raiden monte les marchent aux pas de course et sort de l’endroit poursuivi par :

« Que se passe-t-il ? Répondez !! »

Pour sûr, la garde sera augmentée. Aucune porte ne menant à l’extérieur, Raiden se trouve directement dans le lieu suivant. De nouveau à l’air libre, Raiden observe autour de lui. Tout n’est que tranchée, buttes et trou. Un vaste endroit ressemblant à un champ de batailles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.insaniaweb.com
Angelheart
The Pain
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Lun 4 Avr - 22:59

« Je t’attendais Raiden… »

Un homme se met à découvert.

« La guerre ne s’arrête jamais ! Impossible de l’éviter ! Le golf, on en sort pas indemme, crois-moi !! »

« Qui êtes-vous ? »

« Deadmaker, des forces armés dépêchées dans le golf !! »

« Mais, cette troupe n’existe plus ! »

« Comment ? Tu oses ??? La guerre ne s’est jamais arrêtée. Jamais !!!! Nous vivons dans un univers de chaos peuplé de personnes qui ne cherchent qu’à tuer son prochain !!! Nous sommes des bêtes à tuer et je dois me défendre ! »

Deadmaker hurle et lève les bras au ciel tel un dément. Il semble possédé, comme impossible à raisonner. Eva a raison. La guerre du golf a rendu fou cet homme. Et de toute évidence, il ne laissera pas passer Raiden.

« Raiden !!!! Je suis le numéro un ! Tu sais ce que cela veut dire ??? »

« Non. »

« Que je vais te tuer, ici et maintenant ! Bienvenue dans le monde de Deadmaker !!!!! »

Deadmaker se jette dans le trou derrière lui. Raiden se penche et court sur sa droite. Raiden voit une grenade envoyée du trou et jetée à sa gauche. Raiden se jette à terre. L’explosion ne lui provoque aucune blessure, il se trouve assez loin. Il effectue une roulade. Deadmaker ressort de son trou armé d’une mitraillette. La lourdeur de celle-ci ne lui permet pas de viser juste mais le nombre de balles lui permet de tirer longtemps.

Raiden court à présent vers la gauche suivi par les balles qui forment des trous au sol. Lorsque le chargeur est vide Deadmaker disparaît de nouveau dans le trou. Raiden empoigne son arme et s’approche du trou, prêt à le débusquer. Il se montre en faisant un écart devant, mais personne ne se trouve à l’intérieur. Raiden se laisse tomber dedans. Il se rend compte que Deadmaker a creusé des galeries sous la terre pour naviguer à sa guise. La folie de cet homme n’a pas de limites. Raiden s’engouffre dans le tunnel et bute dans un objet. Il le ramasse. Il s’agit d’un Socom équipé d’un silencieux. Il est chargé.

« Un cadeau pour toi !!!! »

La voix de Deadmaker résonne dans le tunnel.

« Pour te laisser une chance !!!!! »

Raiden avance prudemment mais ne peut s’empêcher d’être rapide à cause du stress. Il entend un objet rebondir derrière lui. Une grenade fumigène. Malgré ses yeux invalides, il peut sentir les pas de Deadmaker se rapprocher. Raiden a l’intime conviction qu’il se trouve à la sortie devant lui. Il marque un temps d’arrêt, avance très lentement le visage vers l’extérieur et voit une ombre. Il retire son visage et avance ses deux mains empoignant son arme. Il tire sans discontinuer quelques fois. Deadmaker tombe à terre, la chute résonne au sol.

« Tu es moins bête que je ne le pensais !!! Mais, je ne suis pas né de la dernière pluie ! J’ai un gilet pare-balles !!! On n’est jamais trop prudent. Les pas s’éloignent et Raiden peut enfin sortir du trou. Il est maintenant à l’est du champ de bataille. Il ne voit pas une trace de Deadmaker. Au nord, dans une grande tranchée à dix mètres de la porte, une mitraillette et deux bras en sortent. Deadmaker tire en courant horizontalement. Lorsque le jet de balles arrive devant lui, il effectue une grande roulade avant au dessus. Se retrouvant maintenant de l’autre côté, il observe maintenant si Deadmaker va opérer le chemin inverse. Ce qu’il fait une fois arrivé tout à droite. Raiden saute de nouveau au dessus. Une fois tout à gauche, Deadmaker lâche sa mitraillette et attrape des grenades. Raiden vise et lui tire dans le bras. Deadmaker laisse tomber ses grenades dans un râle. Il sort une arme de sa ceinture avec sa main gauche et tire tout en avançant. Raiden se jette à terre et tire à son tour. Les balles ricochent au sol sans toucher les pieds de Deadmaker visés par Raiden. Il se jette dans un trou au centre. Raiden saute par-dessus un autre se trouvant devant lui. Raiden se presse car il sait que Deadmaker réapparaîtra là. Les trous à droite et à gauche communiquent entre eux, et ceux du nord et du sud aussi. Raiden ramasse les grenades à côté de la tranchée. Deadmaker sort au sud armé d’une mitraillette, il arrose Raiden qui plonge dans la tranchée. Raiden se relève lorsque les tirs s’arrêtent et il lui tire dans le torse.


« Ouh, bien visé Raiden !! Plusieurs balles au même endroit ! Si cela peut te réjouir, tu m’as légèrement blessé ! »

Deadmaker retourne dans le trou au Sud. Raiden s’élance au Sud en prédiction de l’arrivée de Deadmaker au Nord. Il ne se fait pas attendre, les balles de Raiden ne l’empêche pas de sortir avec sa mitraillette. Il tire sur Raiden qui s’allonge au sol, il vise le genou et tire. Deadmaker tombe à terre et se relève instantanément.

« Ah…Bien vu Raiden !!!

Deadmaker continue à tirer en se dirigeant vers le trou à l’Ouest. Raiden file vers le Sud-Est. Toujours hors d’haleine mais concentré Raiden pointe son arme vers le trou Ouest. Il se rend compte que les balles s’amenuisent et bien qu’il ait blessé Deadmaker, il ne semble pas faiblir. Raiden court vers l’Ouest, pour se retrouver en face de son ennemi. Malheureusement, à cet endroit, la bute empêche d’anticiper toute action de l’adversaire. La situation est pareille pour la personne sortante du trou. Raiden attend et au bout d’un moment, il voit Deadmaker recroquevillé, en train de reculer tout en fixant l’Est. Raiden découpille une grenade et la lance en direction de Deadmaker. Celui-ci, à quelques mètres du trou, voit la grenade lui arriver dessus. Il tente d’entrer dans le trou pour s’abriter mais la grenade éclate en l’air juste devant lui. L’explosion le projette contre le mur de la prison. Ses vêtements militaires sont trempés de sang au torse. Il est en position assise. Il crache du sang en criant. Raiden avance prudemment devant lui. Deadmaker pousse un hurlement et se relève, haletant.

« Raiiiiideeeeennnnnnnnnnn !!!!! »

Deadmaker sort un m37 (un fusil à pompes) accroché dans son dos, il tire, éparpillant en morceaux la bute du trou devant Raiden. Raiden file vers l’est en observant Deadmaker. Lorsque celui tire, il effectue un saut en avant sur le dos pour éviter les éclats de balle. Mais Deadmaker tire frénétiquement un peu partout autour de Raiden et des éclats se plante dans ses jambes. Il entre dans le trou Sud. Très rapidement, il soigne ses blessures grâce au nécessaire emporté au début. Il désinfecte et pose un pansement sur chaque plaie de sa jambe. Il ressort du trou Sud. Juste à ce moment-là, il voit Deadmaker entrer dans le trou Ouest. Il se lance à sa poursuite. Il balance des grenades à l’intérieur. Après les explosions, il entre et tire, avant d’avancer accroupi. Il débarque au trou Est, mais une fois à l’extérieur, il reçoit un coup de pied dans le ventre. Il retombe à l’intérieur du trou. Deadmaker tire une fois, deux fois, et alors que Raiden sent sa fin arriver, Deadmaker exulte. Le fusil n’a plus de balles. Heureusement que ses deux derniers coups, Deadmaker les a tiré n’importe où et que Raiden s’est tenu assez loin de la sortie du tunnel. Raiden attend, en écoutant les pas de Deadmaker au dessus de lui. Il sait qu’il se dirige au nord. Raiden ressort à l’est et voit Deadmaker à nouveau armé d’une mitraillette. Complètement hystérique, il tire n’importe où.

« Ah, ah, ah, ah, ah !!!!! Raiden !!!!!!!!!”

Raiden évite comme il peut les balles jusqu’a remarquer que Deadmaker ne vise rien. Il tire partout. Pour éviter de se trouver dans son champ de tir, Raiden effectue des roulades jusqu’à l’Ouest. Il vise le bras gauche de Deadmaker alors que celui-ci arrose toujours l’Est. Il tire. Du sang gicle du bras gauche de Deadmaker alors que la mitraillette tombe à terre.

« Ah…la dernière…grenade… »

Deadmaker enlève une grenade de sa ceinture, la dégoupille et s’apprête à la lancer quand Raiden lui tire plusieurs fois dans le ventre. Il tombe en arrière sur le ventre. La grenade le suit de près et tombe à un moins d’un mètre de lui. A terre, il tente de l’attraper en tendant le bras, un œil mi-clos, mais elle est saute. Deadmaker est pris dans l’explosion, Raiden se protège avec ses bras des projectiles. Raiden souffle en relâchant ses nerfs. Il range son arme. Il inspecte le lieu et trouve des munitions pour son Socom, le M37 et des balles de M37. Il ramasse également la mitraillette AKS-74U au chargeur vide. Raiden emprunte la porte Nord.

Bonne lecture 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.insaniaweb.com
Angelheart
The Pain
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Ven 29 Avr - 15:59

Le voici à présent dans le couloir le menant à la prison. Les néons marchent mal, les murs sont sales. Au bout du couloir, Raiden découvre les très nombreuses cellules, ainsi qu’un garde faisant sa ronde. Raiden retourne dans le champ de bataille pour changer tranquillement de tenue. Raiden prend le AKS-74U, identique au garde de la prison. Il retourne à l’intérieur et marche en direction du garde qui se retourne brusquement.

« Qui es-tu ? »

« Je viens pour le changement de garde. Tu pourras en profiter pour manger ! »

La voix du garde s’éclaircit.

« Oh, c’est sympa de ta part. J’ai justement très fin. Fais bien attention à ce que personne ne rentre ici. »

« Pas de problème. »

Le garde part en courant et emprunte une porte, sur la gauche de Raiden. Bizarrement, il laisse son arme contre le mur en s’en allant. Raiden marche devant les cellules armé de l’AK en sifflant. Il observe les personnes. Un blessé, chauve, avec un bandage autour de son torse nu, assis sur son lit, une personne endormie et enfin, une personne d’une quarantaine d’années, aux cheveux brins plaqués, avec une chemise bleu et pantalon de ville. Raiden se rapproche de la grille.

« La-li-lu-le-lo ! »

« …Qui vous envoie ? »

« Je fais partie de la CIA, je suis venu vous sauver. »

« Oh, je vois, vous souhaitez garder votre identité secrète, donc vous la camouflez. »

« Non…je… »

« Qui cherchez-vous ? »

« Vous êtes bien le président d’Armtech ? »

« Non… Le président était bien trop important pour rester dans une cellule pourrie. Je ne suis que son second, Markson. Je suis parqué ici « dans l’urgence » en attendant une décision de l’un des chefs. Je ne dois ma vie qu’à la chance. Quand je réfléchis, mon manque d’importance dans l’opération a joué en ma faveur… »

« Où est le président ? »

« Je ne saurai vous le dire. Je n’ai strictement aucune info. J’ai travaillé sur un projet, sans savoir de quoi il en retournait. Je ne suis qu’un exécutant qui se trouvait là au mauvais moment. Ecoutez bien. De l’autre côté du champ de bataille se trouve la production des ogives nucléaires… »

« Oui, je suis passé par là pour vous chercher »

« En dessous du poste de contrôle, au rez-de-chaussée, une porte mène vers la fonderie. »

« Mais l’endroit est bien gardé. »

« N’oubliez pas que vous portez l’un de leur uniforme ! »

« Ce n’est pas pour autant que je peux me faire passer pour l’un deux. »

« Vous ferez parfaitement illusion, durant un temps. Vous devrez être rapide. Dans le bureau du garde (Markson montre un bureau vitré, parallèle au couloir par lequel est entré Raiden », vous pourrez trouver toutes sortes d’armes et de munitions. Parmi elles, vous trouverez du C4. Utilisez-le dans la fonderie. »

« Mais l’explosion risque de provoquer des dégâts considérables !! »

« Non…je (il réfléchit), si vous détruisez les ogives avant qu’elles soient enclenchés, cela les rendra inoffensives. »

« Le C4… Le C4 provoque de grosses explosions. Couplées à celles des ogives, c’est la base entière qui risque de sauter. »

« Ecoutez-moi !!! Une personne ici est en train de préparer de quoi provoquer une nouvelle guerre mondiale et la mort de millions de personnes. Particulièrement les quatre grosses ogives. Elles sont équipées d’une tête chercheuse qui plus est. Une fois lancée sur un objectif, impossible de les arrêter ! Je préfère tenter de faire exploser la base plutôt que de risquer la vie des personnes de mon pays…Je vous en supplie ! »

« Ok… Je retourne à la fonderie. »

Raiden entre dans le bureau et se met à fouiller. Il trouve le C4 qu’il range sur lui. Il ressort de la prison et se trouve sur le champ de batailles. Aucune personne à l’horizon, Raiden continue sa route tranquillement. Par contre, il voit de dehors que dans la pénombre de la salle dans laquelle il avait tué un garde pour lui piquer ses vêtements, du monde s’agite. Il avait oublié ce détail fort dérangeant. Les sentinelles doivent être plus nombreuses pour le chercher. Il serait plus difficile de convaincre tous ces gardes de sa bonne foi. Il s’attend à un mot de passe ou devoir montrer son visage. Nul doute qu’il sera vite repéré. Il tente malgré tout sa chance après une longue attente. L’état de prudence ne décroît pas et à moins de tenter un massacre, il ne passerait pas. Raiden se dirige vers l’un des gardes.

« Ah, tu tombes bien ! Ocelot nous appelle dans la fonderie ! Va le voir et dis-lui qu’une personne s’est infiltrée ici, que nous ne pouvons quitter notre poste. Il ne doit pas être loin »

« Ok. »

Raiden descend les escaliers, emprunte la porte et le voilà dans le hangar à ogives. Les gardes se retournent vers lui.

« Que viens-tu faire ici ? Où sont les autres ? »

« Je dois voir Ocelot. Une personne s’est infiltrée, les autres gardes restent à leur poste. »

« Très bien. Passe »

Raiden se retourne sur sa gauche. La grande porte soutenant le poste de contrôle s’ouvre et un ascenseur s’offre à lui. Il l’emprunte, les grilles se referment et l’ascenseur descend. Quand il s’arrête, Raiden se trouve dans la fonderie. Il avance prudemment. Du métal en fusion sur la gauche et en face devant une nuée de sentinelles : Ocelot. Raiden n’en revient pas. Ocelot travaille pour Solid Snake.
« Toi là-bas, viens par ici et vite ! »


Raiden s’approche et se range dans le groupe. Ocelot se tient devant eux, fièrement. Derrière lui, une couleur rouge et de la fumée se dégagent. Le métal en fusion est juste à quelques mètres. Un tir et Ocelot disparaît à jamais. Mais Raiden périrait peu après.

« Ecoutez, si je vous ai réuni, c’est pour une bonne raison ! La fonderie est très importante, vous n’êtes pas sans savoir actuellement que nous sommes les proies du gouvernement et de l’armée. C’est pourquoi je vais devoir procéder à un recensement. Si il existe une ou deux personnes infiltrées ici, je le saurai sans tarder ! »

« Excusez-moi Monsieur ! »

« Oui ? »

Raiden sort du groupe.

« Le groupe de la salle menant au champ de batailles de Deadmaker ne peut venir. Je suis venu ici vous avertir. »

« Le groupe de la sa… Tu veux dire le hangar à déchets ? »

« Oui…oui… »

« Hmmm… »

Ocelot se rapproche de Raiden.

« De quelle troupe es-tu ? »

« Je viens de leur groupe, ils m’ont envoyé pour… »

« Je sais, je sais. »

Ocelot inspecte Raiden longuement.

« D’accord… ta voix ne m’est pas étrangère…Hmmm, retourne à ton poste. »

Raiden part sans se retourner pendant que Ocelot continue son discours. Il observe sans pouvoir agir, sur la salle de montage au fond à droite de l’ascenseur les ogives encore inactives. Contraint et forcé, Raiden retourne dans le hangar à déchets, à son « poste ». Durant les rondes, il profite de l’inadvertance de chacun pour retourner aux prisons. Markson l’attend.

« Alors ? »

« Ocelot était présent. Il soupçonne une attaque à cause des espions… »

« Vous n’avez pas pu poser les charges ? »

« C’est à peine si j’ai pu m’en sortir vivant. Il va falloir trouver une autre solution ! »

« Vous êtes un incapable !!! »

La porte d’entrée de la prison s’ouvre. Des bruits de pas lourd se font entendre.

Raiden s’éloigne de la cellule de Markson et entame une ronde. La personne entrée dans la prison s’approche de Markson. C’est Ocelot.

« Alors roublard, tu as essayé de nous doubler ? »

« Comment ? »

« Envoyer un espion pour faire sauter entièrement la base ! Bonne idée. Tu aurais rendu un grand service aux patriotes ! »

« Je ne vois pas de quoi vous… »

« Arrête. Je sais pour qui toi et ton boss vous travaillez ! Réduire à néant l’endroit en jetant un naïf dans la gueule du loup… Dommage, je suis prévoyant. Mais, pour toi, rien ne va changer, puisque tu vas mourir ! »

Markson recule, Ocelot sort rapidement son arme et tire en plein cœur. Markson s’écroule dans sa cellule, Raiden reste immobile. Il tente de rester le moins concerné possible. Ocelot passe derrière Raiden.

« Débarrasse-moi de ça ! »

Il range son arme et emprunte la porte de sortie. Raiden appelle le colonel par codec.

« Colonel ??? »

Mais il n’obtient aucune réponse. Raiden se met à couvert des prisonniers, change de vêtements et emprunte la porte de sortie à son tour.

Il se retrouve à présent dans un lieu étrange, très éclairé. Le sol est gris metallisé et neuf, tandis que les murs sont en carrelage blanc. Raiden avance, surpris. Mais, d’un coup, il se sent attiré au sol. Il retire son sac, qui tombe comme du plomb à terre. Il tente de le relever, mais il semble collé. Il enlève aussi son M19 qui se plaque immédiatement à côté du sac.

« Qu’est-ce-qu’il se passe… ? »

Raiden reçoit un appel par codec.

« Raiden, c’est le colonel. »

« Colonel, impossible de vous joindre jusqu’à présent ! »

« Apparemment, le codec ne marchait pas dans la zone où tu te trouvais. Certainement des interférences. Je n’ai pu te prévenir. Heureusement, tu n’as pas suivi les instructions de Markson. Je sais que tu as été pris dans l’urgence, mais le C4 aurait provoqué une explosion nucléaire et tu ne serais plus de ce monde. »

« Alors, pourquoi m’a-t-il envoyé tout même ? »

« Je ne sais pas. C’est une affaire louche ! Maintenant, prends bien le temps de t’adresser au vrai président d’Armtech, continue ta route dans la base. Je te recontacte dès que j’ai de nouveau des informations. »

« Colonel, je suis dans une salle aimantée, impossible de garder mes armes ! »

« Raiden, reste prudent ! C’est très certainement un piège… Sors d’ici au plus vite et trouve-toi une autre arme au plus vite !! »

Raiden coupe le codec et avance. Il emprunte la porte au bout du couloir. Celui-ci se prolonge mais ce coup-ci, des télés sont incrustés en haut des murs. Raiden les observe. Elles montrent toutes les exploits d’un petit asiatique, assez fort, avec une bouille d’enfant et des lunettes noires se débarrasser d’espions dans la base. Sur ces vidéos, on voit l’asiatique perdre très facilement puis reprendre le dessus pour les battre tous.

« Je suis l’anti-espion !!! »

La voix résonna dans le couloir.

« Viens me rejoindre ! »

Raiden emprunte une seconde porte puis un escalier. Il se retrouve en extérieur. Ce lieu ressemble étrangement à l’étai E, l’héliport, de la big Shell. Des containers, des bidons, un débarras d’objets. Tout y était. Au fond, sur une surface vide se tient l’asiatique, les bras croisés.

« Avance, petit espion ! »

Raiden s’exécute et se place devant lui.

« Comment t’appelles-tu ? »

« Raiden ! »

« Je suis le numéro deux. Mon vrai nom est Samo Hung. Je me bats toujours à mains nues. J’ai une clé dans ma poche, elle te permettra de prendre la porte de niveau 1 dans le premier couloir aimanté. Tu as peut-être déjà tenté de l’ouvrir ? »

« Je ne l’avais pas remarqué… »

« Soit, comme je te l’ai dit, j’aime me battre à mains nues, c’est pourquoi j’ai fait installer le couloir aimanté, pour n’avoir aucune surprise. Tu excuseras ma fantaisie ! Je suis le numéro deux, je suis donc le suivant à tenter de t’arrêter Raiden. Je suis spécialisé pour arrêter les gêneurs. Je prends d’ailleurs un certain plaisir à les frapper. Hé hé hé… Mais toi Raiden, tu es bien différent. Je ne vais pas chercher et te débusquer, je t’attends dans ce superbe lieu !!! »

Samo tourne sur lui-même en levant les bras. Raiden regarde aux alentours. Des arbres à perte de vue, mais aussi, une partie de la base. Raiden n’est pas assez proche du vide pour bien observer.

« Et si j’étais venu par l’Est ? »

« Si tu avais emprunté la porte Est ? Je serai venu te chercher pardi ! Tu aurais moins souffert cependant… Allez Raiden, il est temps que le show commence. Toi contre moi ! Oublie ta mission, concentre-toi uniquement sur ce combat qui s’annonce parfait, sous un soleil de plomb, avec des spectateurs ! »

Raiden voit un hélicoptère. A l’intérieur se trouvent numéro six et numéro sept.

« Défends-toi !!! » lance Samo avant de courir vers Raiden.

Samo donne un coup de poing que Raiden arrête. Raiden le repousse d’un coup de pied dans la tête. Samo tombe sur les fesses, met sa main à la bouche et se relève.

« Raiden, tu ne t’es jamais demandé pourquoi nous portions un numéro ? »

Samo effectue une roulade avant et, à terre, frappe les jambes de Raiden qui recule. Raiden se laisse tomber sur le dos et se relève à l’aide de ses mains. Raiden assène un coup dans le ventre de Samo qu’il n’évite pas. Raiden enchaîne avec un uppercut. Samo se relève, en souriant. Il se jette sur Raiden, qui le frappe au visage avec son genou, dans l’urgence. Samo s’écrase contre un container.

« Bien Raiden, bien… »

Samo fait mine d’attaquer puis se recule en narguant. Samo attaque avec ses jambes, Raiden arrête les coups avec ses mains, mais il se voit contraint de fléchir. Pendant que Samo arme sa jambe, Raiden lui donne un coup de poing dans le cul, sur la glotte. Raiden est repoussé par le coup de pied. Samo déglutit. Samo effectue une nouvelle roulade, et place ses pieds autour des chevilles de Raiden, il le fait tomber à terre. Raiden se relève sur les genoux, puis court et pousse Samo, il lui donne plusieurs coups de poing dans le ventre suivi d’un coup de pied dans la tête. Samo se relève péniblement.

« Ah… Raiden, tu es bon. Mais tu ne me battras pas. Jamais ! Tu sais pourquoi ? Tous mes adversaires étaient certains de gagner très facilement sur moi. C’est certainement ce que tu dois te dire… »

En criant, Samo se relève et saute les deux pieds en avant sur Raiden qui est propulsé en arrière par le coup. A peine a-t-il le temps de se relever que Samo l’attaque de nouveau. Raiden évite les bras puis les jambes et frappe frénétiquement Samo pour qu’il tombe à terre. Samo crache du sang mais se remet debout encore.

« Tu as un sentiment de puissance j’imagine, hein ? Dans mon bar, j’en ai connu des comme toi, qui me prenait avec un air supérieur. Mais, ils déchantent tous. Et voir leur visage momifié me ravit ! Ah, ah, ah, ah, ah !!! Tu veux que je te dise une chose Raiden ? Normalement, je suis censé ne pas te révéler ce point mais… Si nous portons tous des numéros ridicules, c’est pour toi. Tu as tué numéro un, donc c’est moi qui me mets sur ta route. Et ainsi de suite. C’est Solid Snake qui a ordonné cet ordre…Des combats loyaux il disait ! Pfff… Mais je me moque de cette organisation établie. Je vais me faire plaisir personnellement, devant les yeux de mes « confrères » ! »

Samo se met en position. Il donne un coup de pied que Raiden stoppe. Raiden lui rend un coup que Samo arrête. C’est la première fois. Raiden et Samo lance des enchaînements que l’un et l’autre contrent. Alors que Raiden lance un grand coup de pied en hauteur, Samo se baisse et lui chasse le pied. Raiden tombe à terre. Avec une souplesse étonnante Samo saute les deux pieds en avant meurtrissant les poignets de Raiden qu’il avait placé devant lui pour se protéger. Puis, Raiden doit sauter évitant la jambe de Samo, mais il reçoit un coup de pied dans le thorax. Raiden est étonné.

« Alors, Raiden. On se sent plus faible ? Ah, ah, ah, ah. Je vais t’expliquer. Mon apparence inspire à la confiance et je la renforce en me laissant volontairement frapper ! L’adversaire croît tenir la victoire et relâche sa garde. Moi, j’analyse sa technique et je contre attaque. Ca ne manque jamais, je prends l’ascendant sur lui. Tu vas suivre le même chemin Raiden !!! »

Samo monte sur un container sur la droite de Raiden. Il saute en avant et le frappe au visage. Raiden tombe le dos contre un container. Samo s’enfuit en ricanant.

« Alors Raiden, ressens-tu la peur ? La peur de la défaite ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.insaniaweb.com
Angelheart
The Pain
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Ven 29 Avr - 16:00

Raiden reste au centre des containers et tente de deviner l’arrivée de Samo. En se retournant il voit un pied lui arriver dessus. Il l’évite. Samo et Raiden échange des coups. Samo saute et lance un retourné derrière la nuque. La tête de Raiden percute le container. Il tombe, les mains au sol. Il se relève très rapidement pour devoir stopper les coups de son ennemi. Samo repart parmi les containers. Raiden avance à petit pas. D’un coup, il entend du bruit venant du container collé à lui. Il se recule et voit Samo se jeter sur lui. Ils roulent au sol, ils se relèvent et se battent de nouveau. A la grande surprise de samo, il reçoit un coup de poing dans le nez. Raiden reste impassible, Samo se tient le nez qui saigne. Samo lance sa jambe, mais Raiden donne un coup de pied dedans, suivi d’un autre coup dans la mâchoire. Les enchaînements suivants tournent en faveur de Raiden. Samo se tourne enfin devant l’hélicoptère en hurlant de manière ridicule, comme si un ours en peluche voulait être un grizzly. Raiden saute les deux pieds en avant dans le dos de Samo qui tombe sèchement au sol. Sa tête rebondit sur le sol, ses lunettes de soleil se cassent et son front s’ouvre. Il se relève, le visage crispé par la haine. Il jette ses lunettes sur un container.

« Comment est-ce possible ? »

« Je ne suis pas comme tes adversaires habituels. Je ne prends personne de haut et considère un combat terminé uniquement lorsque l’adversaire est à terre. Je ne relâcherai pas mon attention. Tu as perdu Samo ! »

Samo attaque nerveusement Raiden mais ne touche jamais au but. Raiden, lui, le frappe à plusieurs endroits : le ventre, le visage, les jambes. Maintenant appuyé contre un container, se frottant les jambes, Samo regarde autour de lui. Puis il court et disparaît du champ de vision de Raiden. Raiden se lance à sa poursuite et slalome entre les containers. Il l’aperçoit tout à coup et le coince devant le débarras. Samo effectue une roulade pour se retrouver derrière Raiden. Raiden prévoit l’assaut et se retourne, il met ses deux bras devant lui pour encaisser le coup de pied de Samo. Samo frappe de toutes ses forces à ses poings et ses pieds, Raiden stoppe tout avec ses avant-bras mais recule légèrement. Son dos frappe le débarras et parmi les objets, un couteau. Raiden balance un grand coup de poing dans le visage de Samo, qui se laisse tomber en arrière avant de partir de nouveau en courant. Raiden range son couteau, et long les containers par la droite. Le vide est très proche de lui, a à peine de deux pas. Samo sort de derrière un container comme un diable de sa boîte et continue à taper Raiden qui pare ses attaques. Un coup de pied et Samo valdingue contre un container. Il se relève, enragé. Raiden recule pendant que Samo le frappe, il se rapproche dangereusement du vide. Alors qu’il n’est plus qu’à un pas de tomber, il empoigne le bras de Samo, le tire vers lui, se déporte légèrement vers la droite, sort le couteau et lui plante proprement dans la nuque. Samo fait une énorme chute dans la forêt bordant cet héliport. Dans l’hélicoptère, Numéro six et sept se regardent, consternés.

« Raine, il vaut mieux partir, ce spectacle était pathétique. »

« Ok Meier, de toute manière, on en est maintenant débarrassé de ce gros prétentieux. Je m’étonne juste de devoir laisser avancer ce Raiden jusqu’à nous »

« Qu’importe Raine…Qu’importe » dit-il en baissant la tête et fermant les yeux.

« Allons-nous en »

L’hélicoptère s’éloigne devant le regard de Raiden. Il sort la carte de niveau 2 de sa poche, qu’il observe en souriant. Il l’a subtilisé durant le combat sans que Samo s’en aperçoive.

Raiden redescend de l’héliport lorsque quelqu’un l’appelle par codec.

« Raiden ? »

« Otacon ?? »

« Oui. Salut Raiden ! Comment ça va depuis le temps ? »

« Otacon, tu es au courant pour ma mission ? »

« Oui. C’est pour cela que je t’appelle. Snake est à leur tête, j’en ai bien peur… »

« Alors Eva ne m’avait pas menti… »

« Ecoute Raiden, je connais la base. Je pourrai te guider. »

« Comment connais-tu cette base ? »

« J’ai rendu un service à Snake… J’ai conçu les plans. Tu vas arriver dans un mini complexe à plusieurs étages. Vu du dessus, sur un plan, l’installation peut sembler étrange, pour autant, cela ne te semblera pas étonnant, vu que tu vas débarquer à l’intérieur directement. Pour continuer ta route, il te faudra avoir une clé de niveau 4. »

« Je n’ai uniquement qu’une clé de niveau 1 »

« Ah… Le problème est que la clé de niveau 3 ouvre le bureau dans lequel la clé de niveau 4 se trouve. Tu m’excuseras de ne pas tout t’expliquer pour le moment, mais le temps presse. Tu es en retard, tu dois avancer rapidement. Là où tu vas débarquer, ce sera le dépôt d’armes, tu pourras t’équiper en conséquence. Le premier étage contient le stock de nourriture. Si tu souhaites manger, tu auras tout à loisir pour te sustenter. Le deuxième étage est le lieu dortoir. Inutile de t’y arrêter, sauf si tu as envie de ramasser des magazines un peu spéciaux… Enfin, le troisième étage, là où se trouve le bureau et la salle de dépôt des clés, entre autre. Tu en trouveras dans des cartons, disposés autour du tapis roulant. Bien entendu, chaque étage est gardé, alors ne te fais pas repérer, mais va très rapidement au troisième étage. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.insaniaweb.com
Angelheart
The Pain
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Ven 29 Avr - 16:01

« Ok Otacon. Je te rappelle une fois la clé de niveau 4 en main ! Pour la clé de niveau 2, je vais m’arranger avec les gardes. »

« Tu as raison Raiden. Car chaque garde de cet endroit à la possibilité d’ouvrir les portes de niveau 2, ils doivent en porter chacun sur eux. Dès que tu as la carte de niveau 4, appelle-moi. Ma fréquence est 141.50 »

Raiden est à présent dans le dépôt d’armes. Il est à cinquante centimètres d’un mur. A droite et à gauche une porte de niveau 2. En se cachant, Raiden voit un garde entrer par la porte de droite. Raiden s’approche doucement en longeant le mur. Il entre derrière le garde avant que l’entrée ne se referme. Raiden attrape le garde de dos et lui retourne la nuque. Il le met derrière une caisse et observe l’endroit. Une caméra de surveillance se trouve juste en face de lui, en haut, sur un mur. Raiden voit divers caisses et cartons, qu’il peut fouiller, à condition de brouiller la caméra. A sa droite, sur une étagère en metal, Raiden ramasse des grenades chaffs et des munitions pour le Socom. Raiden lance calmement la grenade chaff, puis inspecte chaque endroit. Pour être sûr de pouvoir fouiller tranquillement, il lance une seconde grenade, puis récupère un socom, un m37, des munitions, un fusil sniper, des grenades, des lunettes thermiques. Dans l’urgence (il ne dispose que de cinq grenades chaffs), il en lance encore deux, pendant qu’il installe le garde dans un casier sur la gauche de la salle. Il en ressort précipitamment et entame la route sur la droite, dans le couloir, qui entoure entièrement le dépôt de droite à gauche. En avançant, Raiden voit au fond, un garde aller et repartir. Il se met à genou, attend que celui-ci arrive enfin à sa portée, qu’il s’arrête, pour lui tirer dans la tête. Raiden avance prudemment. Mais il est stoppé par un garde alertée par la chute de son collègue. Raiden ne peut rien voir, puisque le garde doit se trouver à gauche. Il tente d’attirer la sentinelle avant qu’elle ne communique par radio en tapant contre le mur. La ruse marche et Raiden attend patiemment l’arme à la main que le garde se rapproche. Une fois dans son champ de vision, il arme et tire. Raiden prend le temps de cacher les corps dans le dépôt d’armes avant de retourne à l’endroit où il se trouvait. Il prend la bifurcation à gauche où se trouvait le second garde et aperçoit l’ascenseur, au centre. Il l’emprunte et arrive au premier étage. En sortant, sur sa droite, une porte de niveau 1. En entrant dans la salle, il découvre les rations pour les soldats.

Raiden profite du calme pour manger, il tremble en prenant ses bouchées tellement il est pressé. Il entend des voix.

« Je vais chercher quelques provisions, attendez-moi dans le salon ! »

« Très bien. »

Dans cette salle, uniquement constituée de rations entassées, Raiden n’a pas trop le choix. Il plonge parmi elles, et se cache, attendant que le garde prenne ce dont il a besoin. Sans bouger, il écoute le garde pendre des rations à côté de lui. Un seul mouvement et il reçoit une salve. Le garde repart, Raiden peut souffler et sortir de son abri de rations. Sans aller voir l’autre salle, à gauche, qui doit être le salon, Raiden reprend l’ascenseur et s’arrête au deuxième étage.


Il ne découvre personne. En face de lui, une porte, et à sa gauche, des toilettes. Raiden emprunte la porte et débouche dans une nouvelle pièce. Au centre, une table des et des chaises, tout à gauche des caisses dans un renfoncement, le bureau à gauche de la table, et en face certainement la porte menant à la salle menant à la clé. Raiden fonce sur l’unique garde dans la pièce et va pour lui attraper la nuque. Mais, au moment de le saisir, le garde se retourne, lui attrape la main, lui tord et Raiden se voit obliger d’effectuer une galipette avant de tomber sur le dos. Raiden se relève, surpris, et fonce de nouveau sur cette sentinelle qui oppose une résistance inhabituelle. Le garde le repousse, lui reprend le bras et lui donne un coup dans le torse. Raiden se retrouve de nouveau à terre.

« Alors Raiden, c’est tout ce dont tu es capable ?! »

Raiden se remet sur ses jambes, mais le résultat est le même. Il finit plusieurs fois au sol, sans comprendre ce qui lui arrive. Il effectue une roulade avant pour se dégager de son adversaire, et va se cacher derrière des caisses, à gauche du bureau. Raiden sort son arme et observe pour voir où est son adversaire. Il ne voit personne. Il se dirige non sans méfiance vers la salle du fond, menant à la clé de niveau 3. A l’intérieur, le tapis roulant est le seul son audible. Des cartons défilent devant lui et tournent en rond, attendant que l’on vienne les récupérer. Au fond à gauche, dépassant d’un mur, un bras métallique remue, ou plutôt la main. Elle lui est familière, c’est la même qui était venu chercher Damien auparavant. Restant tant bien que mal concentré sur celle-ci, les cartons lui passent devant les yeux, Raiden s’avance lentement.

L’homme sort de l’ombre. Le cyborg sort de l’ombre. Deux faces. Raiden ne comprend pas. Avec une technologie avancée, pourquoi avoir gardé une telle « vieillerie » en état de marche.

« Raiden, je t’attendais. Je suis le numéro trois. Je suis plus connu sous le nom de Naked Cyborg ! »

« Tu es venu pour m’arrêter ? »

« C’est exact. Tu sais, tu n’as pas passé tous les obstacles par hasard. En cas de défaite de ma part, ce que je pense impossible, des gardes viendraient terminer le travail. »

« Je suis… »

« Tu es coincé, oui. Je suis un androïde d’ancienne technologie. Durant les années 90, un chercheur a eu l’idée, sous l’influence des patriotes, de créer un être cybernétique avec pour base un homme mort. Moi… Grâce à des implants électroniques, je devais posséder les capacités physiques d’un héros de guerre, la technique de combat rapproché : le CQC. Malheureusement, si j’ai acquis très facilement tout ce que je savais, l’opération a loupé comme tu peux le voir. Mon créateur s’est acharné, hésitant toujours entre me transformer en monstre synthétique dénué de contrôle sur lui-même ou un être humain avec des modifications lui permettant de devenir le meilleur espion. Finalement, je ne suis devenu ni l’un ni l’autre, j’erre vaguement entre ses deux conceptions. Pour les patriotes, je devenais une machine hors d’usage, puisque l’infiltration et l’espionnage n’avaient plus leur place à présent, avec les nouveaux systèmes de sécurité. Et n’étant pas invincible, je suis totalement obsolète. Mais avec Solid Snake, je redevenais d’actualité. Je suis comme lui. L’expérience ratée pour recréer le meilleur d’entre tous, Naked Snake, plus simplement appelé Big Boss !! Tu peux comprendre pourquoi l’on m’appelle Naked Cyborg à présent. En entrant dans le groupe Children Of Big Boss, je trouvais une identité en tant qu’enfant, mais ici, dans cette base où le temps s’est arrêté, les notions d’infiltration existent toujours. Si tu observes bien autour de toi, tout est recrée pour l’époque. Solid Snake recrée Outer Haven, dans sa plus propre forme, sans nouveautés. C’est pour cela que tu peux naviguer quasiment à ta guise. »


« Si cela est vrai, alors n’importe qui pourrait attaquer ! »

« Solid Snake n’est pas un homme imprudent. Bien évidemment, ton gouvernement pourrait envoyer une frappe nucléaire et nous annihiler du même coup. Mais nous ne sommes pas très loin de la civilisation, une frappe engendrerait l’explosion de nos ogives, provoquant un désastre sans précédent aux alentours. Et puis, ils savent que nous possédons un Metal Gear, près à servir. Le profit ! La conviction de pouvoir agir dans le silence et opérer sans occasionner trop de casse. Solid Snake est conscient de tout cela et leur a ouvert une porte, sachant pertinemment que vous alliez l’emprunter. Je ne sais pas ce que cherche Solid Snake, mais quoi qu’il en soit je le suivrai, parce que j’ai confiance en lui. Si il a formé le groupe Children of Big boss, si il tient à recrée Outer Haven, après s’être dressé contre Big Boss lui-même, c’est qu’il a une raison valable. Et l’objectif de nous sept, c’est de t’éliminer Raiden. Tu t’es débarrassé sans mal de Deadmaker et Samo, Raiden. Cela ne m’étonne pas de l’homme qui a détruit la Dead Cell et battu Solidus. Réjouis-toi Raiden, tu vas pouvoir te mesurer à la légende, ou devrais-je dire l’ombre de la légende ! C’est une maigre consolation, je te le concède… Mais je ne suis pas un fou ou un prétentieux, un de ceux qui ne tiennent pas compte de leur adversaire, je ne te laisserai aucun répit Raiden. Défends-toi !!! »

Raiden ressent un étrange malaise. Il a l’impression de voir Solid Snake complètement défiguré. D’un côté, le droit, entièrement en métal brillant, de l’autre, la partie charnelle, il ne peut voir que son visage, composé d’une coiffure châtain plaquée, d’un œil rouge et légèrement sorti de son orbite, injecté de sang et effrayant. Naked Cyborg a volontairement enlevé la manche droite de sa veste militaire, pour montrer qu’il est une machine. Raiden doute même de son infime appartenance au monde des humains.

Naked Cyborg saute au centre du tapis roulant, entourant la pièce. Raiden exécute le même mouvement et se met en position face à lui. Naked Cyborg l’attend calmement. Raiden s’apprête à donner un coup de pied, mais Naked Cyborg prévoit son coup à l’aide du mouvement d’épaule provoqué par Raiden. Il lui attrape au passage, et le repousse. Raiden tombe la tête contre le tapis roulant. Il se relève en se frottant le derrière du crâne. Raiden un coup dans un carton plein de cartes, Naked Cyborg l’évite et arrive juste en face de lui, à sa grande surprise. Naked Cyborg lui attrape le bras puis la nuque et le jette à terre. Il tourne autour de Raiden.

« Alors, c’est tout ce que tu sais faire ? J’apprécie les combats au corps à corps. Je me sens encore vivant ! On est loin de tout ici. Loin du monde moderne, loin des robots avec bien plus de capacités que moi. J’aime ce calme. On en oublie les nouvelles règles. Le vrai combat est roi ici, comme dans les années soixante. »

Raiden tente de le faire chanceler avec ses jambes, puis attaque de nouveau. Naked Cyborg toujours très calme l’entraîne vers lui et le laisse se répandre sur le tapis roulant. Naked Cyborg lui appuie sur le visage, pendant que sa joue commence à brûler sous l’effet du tapis. Raiden tente de frapper avec ses jambes mais Naked Cyborg les lui bloque, il le ramène en arrière et lui donne un coup au poitrail. Raiden est maintenant sur le dos, observant son ennemi avec peur. Il est incapable de tenir plus de dix secondes au combat à mains nues. Il recule, et se met à distance raisonnable. Il sort son arme et tire sur Naked Cyborg. Les balles ricochent.

« Qu’est ce que tu fais ?? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.insaniaweb.com
Angelheart
The Pain
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Ven 29 Avr - 16:02

Naked Cyborg s’approche de lui, Raiden saute par-dessus le tapis roulant pour se retrouver en dehors du cercle. Il court autour, en fouillant assez rapidement les cartons autour de lui, pour trouver une arme. Naked Cyborg a ses trousses, Raiden effectue des roulades, des sauts, des feintes. A chaque côté de la pièce l’un de l’autre, ils s’observent. D’un carton à sa droite, Raiden sort des grenades chaff, puis se munit de son fusil à pompes.

« Raiden, es-tu un homme déloyal, au point de vouloir m’affronter de cette manière ?? »

Raiden ne répond pas, la sueur lui coulant du visage, conscient qu’il se conduit comme un lâche. Il tire provoquant une grosse déflagration devant lui. Naked Cyborg voltige dans les cartons derrière lui. Il réapparaît difficilement devant Raiden, son corps metallique complètement électrifié, remué. Tête baissée, il avance doucement, effrayant.

« Raiden, tu me déçois beaucoup, tu sais… »

Naked Cybog s’empare d’une mitraillette et tire frénétiquement dans la direction de Raiden, qui se jette à terre. Il rampe, tentant de se trouver une bonne place pour contre-attaquer. Naked Cyborg utilise toutes les balles, puis court en direction de Raiden qui ne le voit pas venir, contournant le tapis roulant par la droite, vers lui. Naked Cyborg lui retire le fusil des mains et le retourne entièrement avant de le balancer à terre avec force. Raiden sort son socom et tire plusieurs fois dans la tête de Naked Cyborg. Il en profite pour se placer à l’autre bout. Les balles sont incrustées dans le front de l’androïde, lui conférant un visage encore plus abominable.

« Raiden…Raiden…Raiden… » Ces paroles se muaient dans un souffle mêlé au bruit formé par l’électricité parcourant son corps. Il enlève le chargeur de la mitraillette puis en place un autre avant de tirer en hurlant, dans la direction de Raiden. Les cartons, le tapis roulant, tout part en charpie. Raiden se cache derrière un pan du tapis roulant, stoppé sous l’effet des balles. Raiden vise avec son socom et tire dans les jambes de Naked Cyborg. Raiden se remet debout et vide son chargeur sur lui. Naked Cyborg est pris d’un recul involontaire. Il court ensuite vers Raiden qui saute par-dessus le tapis roulant pour se retrouver au centre. Naked Cyborg le rejoint sans difficulté, le désarme et le frappe. Raiden tombe sur le tapis roulant puis sur le sol, en dehors du cercle. Raiden reste à terre en voyant un carton déversé devant lui. Il s’empare d’une mitraillette, place un chargeur se relève doucement.

« Allez, courage Raiden, affronte-moi !!! »

Raiden profite de ces paroles pour tirer le plus rapidement possible sur Naked Cyborg. Acculé par les balles, Naked Cyborg s’écrase contre le tapis roulant. Raiden s’empare d’un autre fusil et effectue un tir groupé sur Naked Cyborg avec la mitraillette. Criblés de balles, Naked Cyborg avance péniblement. Ses yeux deviennent rouges. Complètement possédé, il se dirige vers Raiden, effectue un saut majestueux, lui arrache ses deux armes, lui retourne le bras et lui donne un coup de poing. Raiden s’écrase sur le mur de gauche. Il saigne de la bouche mais n’a pas le temps de contempler sa blessure, il doit tuer Naked Cyborg au plus vite. Il devient vite incapable d’éviter le robot fou, qui l’envoie dans le décor plusieurs fois de suite. Raiden, se maintient debout douloureusement face à Naked Cyborg, après avoir essuyé une pluie de coups imparables. Totalement démuni, il sort une grenade chaff. Il observe Naked Cyborg et hésite à la lancer. Quand celui-ci s’avance, Raiden laisse son bras la décocher. L’explosion laisse Naked Cyborg à la merci de Raiden qui s’arme du fusil à pompes. Il tire trois fois. Un trou béant orne à présent le corps de Naked Cyborg, qui observe, maintenant conscient, sa propre blessure. Agonisant, il marche péniblement.

« Voilà Raiden…Tu m’as terrassé…Qu’importe le moyen…Tu m’as remis à ma place…Je n’étais définitivement pas fait pour appartenir au groupe Children Of Big Boss… Je suis un vieux cyborg…hors d’usage…inutile…Je n’étais que l’image d’une légende…Une légende qu’on oublie…Cet affrontement…Tout un symbole…J’espère que…mes camarades viendront à bout de toi… »

Raiden pressent l’explosion et se met à plat ventre pour éviter les déflagrations. Il est soufflé légèrement. La luminosité l’empêche de voir, mais le bruit le contraint à fermer les yeux. Naked Cyborg n’est plus. Le codec sonne.


« Raiden ? C’est eva ! »

« Eva ! »

« Où es-tu ? »

« Je…je viens de tuer Naked Cyborg… »

« Oh… Bravo Raiden ! Tu as accompli un exploit ! »

« Sans honneur Eva…Sans honneur… Il était bien plus fort… »

« Cette notion n’existe pas dans le combat. Celui qui gagne est le plus fort, qu’importe le moyen !! »

« J’avais l’impression qu’il…voulait mourir, inconsciemment ! »

« Raiden ! Ne te reproche rien. Il n’était plus humain de toute manière. Mais, par contre, méfie-toi à présent… »

« Pourquoi ? »

« Damien…Il était très lié avec Naked Cyborg. Si il apprend sa mort, il va te traquer. Il te trouvera très vite. »

« Ce n’est qu’un enfant… »

« Capable de déplacer n’importe quel objet ! »

« Ecoute Eva. Je crois que nous en reparlerons plus tard, j’ai d’autres problèmes. L’explosion va provoquer une alerte générale, je vais devoir fuir. »

« Ok. Si tu as un problème, appelle-moi ! »

A peine Raiden a-t-il coupé le codec, qu’il entend la sonnerie d’alerte retentir dans tout le complexe. Raiden range une clé de niveau 3 sur lui et utilise un carton pour se cacher. Il laisse passe tous les gardes autour de lui.

« Il est impossible qu’il se soit échappé, trouvez-le ! »

Grâce à un trou, Raiden sait à quel endroit se trouve chaque garde. Il avance légèrement, soulevant le carton en avançant. Trop occupés à chercher dans les décombres, les sentinelles n’entendent pas la porte s’ouvrir et Raiden se faufiler discrètement. Dans la pièce menant au bureau, Raiden compte se diriger là-bas pour s’emparer de la clé de niveau 4. Mais les gardes reviennent sur leurs pas, Raiden court et sort de cet endroit. Il remprunte l’ascenseur et court se cacher dans le dépôt d’armes, délaissé à cause de l’alerte. On l’appelle par codec.

« Ici le colonel, quelle est ta situation Raiden ? »

« J’ai vaincu Naked Cyborg. C’est le troisième membre du groupe Children of Big Boss que j’abats. »

« Bon travail Raiden. »

« Mais, malgré la menace d’un nouveau Metal Gear, non confirmée, je ne sais toujours pas pourquoi je suis ici, ni ce qui se prépare. Si seulement je pouvais parler à Snake. Si cela se trouve, je suis dans l’erreur ! »

« Raiden, je pense au contraire que tu es sur la bonne route. Snake ne t’aurait pas barré le chemin, il ne t’aurait pas laissé en dehors du secret si il était de ton côté. J’ai eu quelques informations, maigres. Solid Snake a pour objectif de récupérer les identités des patriotes, en menaçant les Etats-Unis. Il a été pris de court je pense, par les patriotes eux-mêmes. Dans l’urgence, et dans l’incapacité de mettre un plan à exécution, il prend en otage un pays entier, en risquant de les bombarder. Comme tu le dis, nous n’avons aucune confirmation qu’un nouveau Metal Gear existe. La situation est en tout cas très épineuse Raiden, tu te dois de réussir ta mission. »

« Colonel, quelle mission ? »

« Je t’ai un peu menti. La CIA m’a demandé à ce que Solid Snake disparaisse, souviens-toi, c’était ton ordre premier. »

« Oui ! »

« Mais pour autant, je ne souhaite pas respecter cette directive. Snake est devenu mon ami avec le temps, essaye d’entrer en contact avec lui ! J’ai inventé tous un tas de mensonges pour être mis sur le coup, comme tu le sais, je devrais être à la retraite depuis longtemps. Je leur ai juré que je connaissais très bien Snake et que te guider me serait très simple mais malheureusement, ce n’est pas le cas. Le Snake que j’ai connu est bien différent de l’actuel. Raiden, tu vas devoir faire cavalier seul, je le crains. »

« Compris. Je vous rappelle si j’ai des informations. »

Raiden coupe le codec mais un second appel vient le perturber.

« Raiden, ici Otacon, quelle est ta situation ? »

« Pas brillante malheureusement. Je suis coincé dans le dépôt d’armes, une alerte a été lancée après moi, il m’est impossible d’accéder à la clé pour le moment. »

« Ok… J’avais oublié de t’en parler avant, munis-toi d’une torche par le même coup. »

« D’une torche ? »

« Oui… Tu vas devoir passer, comment dire…dans une grotte. »

« Une grotte ??? Ici ? »

« Oui. A gauche de l’ascenseur, une porte de niveau quatre t’y conduira. Mais la grotte est très sombre, sans la torche, il te serait impossible d’aller plus loin ! Tu pourras trouver un briquet dans les dortoirs des soldats. »

« Un briquet ? Mais je croyais que… ? »

« Tu penses réellement que les soldats sont clean ? Les magazines, l’alcool, le tabac. Tout pour contrer la solitude ! »

« Otacon, qu’en est-il de Snake ? »

« Raiden, Snake a perdu l’esprit. Il s’est mis en tête d’attaquer de front les patriotes. Il transgresse toutes les lois et agit contrairement à ses principes. Les patriotes ont dans leur manche les atouts : les présidents vont se liguer contre Snake ainsi que les armées. Snake ne doit son salut momentané qu’aux patriotes eux-mêmes qui ne cherchent qu’à ne pas ébruiter cette affaire. Il est encore possible de tout arrêter ! »

« Comment ? »

« Tu dois raisonner Snake, l’empêche de commettre l’irréparable. Je t’aiderai à aller jusqu’à lui. Qu’importe si tout doit être détruit, Snake est bien plus important. Il est le seul à les connaître parfaitement et à nous aider, toi et moi. Et puis…c’est un ami. Je ne peux pas croire qu’il m’est laissé tombé pour cette entreprise folle et désespérée. »

« J’ai bien l’impression, Otacon, qu’il ne me laissera pas lui parler. Le groupe Children of Big Boss est dirigé directement contre moi. Chacun d’eux connaît mon prénom et le numéro indique à quel moment ils doivent m’attaque. Ils ont été briefé et ma venue ici n’est pas une surprise. Pourquoi ?? »

« J’ai ma petite idée là-dessus, mais si elle s’avère être vraie, tu dois encore plus éviter tout conflit. »

« De quoi tu parles ? »

« Je ne préfère pas t’en dire plus, tu m’excuseras Raiden…Mais il est certain que tu devras affronter puis vaincre chaque membre du groupe Children of Big Boss toi-même. »

« Et tu ne peux pas m’aider, à infiltrer les ordinateurs pour me permettre de passer plus facilement ? »

« Raiden, ce camp n’a rien d’une base du future. Hormis les portes et les ascenseurs, ils vivent à l’ancienne. Tout expert de l’informatique que je suis, je n’ai aucun pouvoir. Je crois qu’ils sont encore moins développés que Fox-Hound à l’époque de Liquid Snake ! Le Metal Gear est néanmoins le plus à craindre. »

« Pourquoi ? »

« C’est avec cette arme que Snake menace les Etats-Unis et il semble sûr de lui. Il est fort probable que tous les capitaux amassés durant toutes ces années lui aient servis à le construire ! En plus, il a réussi à tenir sa construction secrète, ne me demande pas comment, mais il est arrivé. C’est un miracle ! »


« Ok… Pour le moment, je vais tenter de retourner au troisième étage pour prendre la carte de niveau quatre et emprunter la grotte ! »


« N’oublie pas de prendre la torche, passer au dortoir et collecter un briquet. »


« Compris ! »


Raiden fouille les cartons et trouve la torche, il la range dans son sac. Après s’être assuré de sa solitude en ces lieux, il emprunte l’ascenseur et monte au troisième étage. Aucun garde à l’horizon, dans une aucune salle. Peu rassuré, Raiden avance vers le bureau. La porte s’ouvre laissant entrevoir une personne, assise de dos, dans un siège qui bouge. Raiden pointe son arme, mais observe bien vite les tiroirs des étagères trembler. Il les reçoit successivement une à une dans le corps et se voit expulsé de la pièce. Elles volaient avant de le heurter. Raiden reste hagard et retourne à l’intérieur du bureau. Le siège tourne, laissant apparaître Damien, le visage sévère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.insaniaweb.com
Angelheart
The Pain
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Ven 29 Avr - 16:02

« Tu as tué Naked Cyborg. Il était comme un père pour moi !! »

Le bureau devant lui voltige vers Raiden en tournant, le frappant de plein fouet. A terre, Raiden roule sur le côté pour éviter la plante verte. Damien monte debout sur le bureau, barrant l’entrée, empêchant la porte de se refermer.

« Il était comme mon père. Comment as-tu osé le tuer ? Qui t’en a donné le droit ? »

Raiden et Damien voient leur entrevue perturbée par les gardes alertées par le vacarme.

« Voilà l’intrus !! Arrêtez-le »

Ils pointent tous leurs armes sur Raiden.

« Laisse-nous faire Damien ! »

« Pourquoi, laisse-nous ? Parce que je suis un enfant ? Naked Cyborg avait le droit à plus de respect !!! Même Samo ! Je fais partie du groupe Children of Big Boss !!! »

Les armes se mettent à trembler dans les mains des gardes, puis s’envolent, et se dirigent vers leurs porteurs. Affolés, certains courts, pendant que d’autres restent figés. Les armes tirent jusqu’à n’avoir plus de balles, certaines poursuivent les sentinelles qui s’enfuyaient. Raiden se retrouve au centre du spectacle, il observe impuissant autour de lui des morts de ses adversaires. Les artilleries tombent à côté de Raiden, suivies des hommes. Raiden se relève et sort son socom. Il ne voit pas arriver une caisse le heurtant de plein fouet. C’était l’une de celles installées à gauche du bureau. Raiden perd son socom. Damien descend du bureau, en pleurant.

« Je m’appelle Damien, je suis le numéro quatre. Raiden, je vais te tuer ! »

« Damien. Tes rapports avec Naked Cyborg ne m’intéressent pas. Une bonne partie de la planète est sous le jouc d’une frappe nucléaire, cette base elle-même risque d’être détruite ! »

« Et tu vas me dire que tu viens nous sauver ? »

« … »

Raiden reçoit une autre caisse en pleine tête et s’écrase sur le mur derrière lui. La sonnette d’alerte se trouve à sa droite. Il frappe dessus. Plusieurs hommes débarquent immédiatement surarmés.

« Raiden est à moi !!!!!!!!! » crie Damien. Son visage se ferme devant tous les gardes, hagards. Tous les objets lourds et coupants sortent du bureau et d’ailleurs.

Le coupe-papier, l’agrafeuse, le meuble, les casiers, tranchent, écrasent, martèlent chaque sentinelle jusqu’à la mort. Raiden s’engouffre en effectuant des roulades en dehors de la pièce. Des gardes sortent de l’ascenseur et se dirigent vers lui. Il sort sa mitraillette et les tuent tous un par un. Il entend des corps frapper contre le mur de la pièce. Il se dépêche de prendre l’ascenseur. Quand il appuie sur le bouton, une table se dirige vers lui. Il se jette sur le dos pour l’éviter. Damien apparaît enfin. Entouré d’une aura démoniaque, divers objets tournoyant autour de lui, il arrache tous les fils électriques se trouvant à l’intérieur des murs, encore gonflés de leur flux, gonflant ainsi sa propre aura entre ombre et lumière. Raiden dirige sa mitraillette vers lui, mais hésite, ne pouvant se résoudre à tuer un enfant. Damien saisit l’occasion et lui retire son arme. Raiden se jette en avant dans l’ascenseur avant qu’il se referme, évitant ainsi le jet de balles criblant la porte. L’ascenseur descend mais Raiden sent qu’une force la retient avant de reprendre sa route. Il s’arrête aux cuisines. Quand les portes s’ouvrent plusieurs hommes armés l’interpellent et le jettent à terre.

« Qui êtes-vous ??? »

« Vous avez un gros danger, écoutez-moi ! »

Raiden n’arrive pas à parler sous les coups donnés par ses adversaires, alors qu’il est à terre.

« Numéro…quatre… C’est lui qui a tué tous les gardes. »

« Hmmm, une personne pour lui tenir compagnie. On conserve le contact radio, si nous avons des ennuis, prévenez le reste des hommes au dortoir, au plus vite ! »

Les cinq hommes montent dans l’ascenseur et laissent Raiden seul, à terre, avec une sentinelle à côté de lui, une mitraillette à la main.

« Ici la patrouille, tout est étrange ici. Un bureau est dans le couloir, des chaises, du sang ! Aucune trace de personne vivante. Nous entrons dans la première pièce…Oh, mon dieu, des cadavres, partout ! Ils ont tous des objets plantés un peu partout dans le corps, certains sont écrasés par un casier. Nous entendons un bruit dans la salle du fond, dans laquelle s’est battu Naked Cyborg. J’ai laissé une personne devant l’ascenseur et dans cette salle, postés, prêts à tirer. Nous entrons dans… Une aura magnétique, juste devant nous ! Je ne vois pas qui s’y trouve à l’intérieur. Tirez !!!! »

On entend des décharges à travers la radio. Raiden s’interroge.

« Il ne peut pas… »

« Que dis-tu ?! » lui grommela le garde.

« Normalement…il n’a pas les pouvoirs suffisants. Il va certainement se fatiguer…Mais quand… ? »

« Il n’a pas bougé !!!! Nous ne lui avons rien fait !!! » la radio le sortit de ses questionnements.

« Ahhhhhh… Ahhhhh »

« Que se passe-t-il ? Répondez » cria le garde posté devant Raiden.

« Ils sont morts tous les deux… »

Un grand fracas vint couper la phrase.

« La porte s’ouvre !! Que sont devenus les autres ?! » demanda avec peur le garde dans la seconde salle avant de hurler.

« La cinquième sentinelle devant l’ascenseur, revenez au niveau des cuisines, rapidement. »

Raiden profite du mouvement de panique pour se relever et donner un coup de poing dans la tête du garde face à lui. Il monte ensuite dans l’ascenseur et descend vers les dortoirs. Il entend le cri stressant du cinquième succombant à son tour. Raiden retient son souffle et sort très rapidement de l’ascenseur qui se referme aussitôt. La sentinelle qu’il venait de frapper tente certainement de le ramener à lui. Raiden entre dans les dortoirs en levant les mains et alerte tout le monde.

« Ne tirez pas !!! Vous avez un grave problème !!! Une personne est en train de tuer tout le monde là-haut. »

Les gardes se lèvent de leur lit et poussent Raiden en passant. Ils avancent prudemment en voyant l’ascenseur descendre. Lorsque les portes s’ouvrent, l’homme qu’avait frappé est en lévitation, complètement désarticulé, il voltige et rencontre les gardes qui s’effondrent. Ils se relèvent, affolés et vident leurs chargeurs sur l’ascenseur. Damien en sort finalement, entouré d’une boule magnétique, devenu très sombre, comme possédé. Les objets volent et emportent avec eux un des gardes à chaque, que ce soit un meuble ou un couteau, tous périssent un à un. Damien arrive enfin face à Raiden, dans les dortoirs. Raiden lève les mains pour montrer qu’il ne possède par d’arme. Il attrape une lampe de chevet que Damien lui retire sans problème avant de lui écraser sur le front. Raiden tombe mais se relève aussitôt et attrape le meuble soutenant la lampe auparavant. Le processus reste le même. Raiden, légèrement blessé, voit l’aura de Damien diminuer. Les quelques objets tournoyant autour de lui tombent un à un, pour retourner celui que Raiden attrape à chaque fois. Raiden saigne du visage mais ne perd pas son ardeur. Damien lui balance l’un des lits dessus, Raiden encaisse comme il le peut, coincé contre le mur. Il le repousse rapidement et distingue Damien rebrousser chemin, sa bulle magnétique faiblissant de plus en plus. Raiden le poursuit en courant. Damien, présent de l’ascenseur, en ressort.

« En panne, tu ne peux plus t’enfuir Damien !! »

« Je n’ai pas besoin de ça…pour te tuer…Tu es un lâche Raiden, tu as utilisé tous ces gardes pour… »

Raiden ne le laisse pas terminer et galope vers lui. Damien tend son bras fébrilement et le soulève, crispant son visage sous la douleur. Il l’envoie contre la porte du dortoir. Raiden se relève encore et se représente face à lui. Damien le surélève encore avant de lâcher prise. Raiden ramasse un socom à la ceinture d’un des gardes morts et le pointe vers Damien. Il ne se sent pas capable d’appuyer sur la détente. C’est surtout pour cela qu’il avait envoyé les hommes se faire tuer. Pour échapper à cette éventualité. Mais il n’a plus le temps de réfléchir, l’aura de Damien regrossit et dans quelques secondes, il sera capable de lui retirer son arme pour le tuer. Il vise très lentement à la hauteur de son cœur et tire une seule balle qui se loge à l’endroit prévu. L’enfant tombe en douceur sur le dos, devant Raiden. Une tâche de sang orne maintenant son gilet propre auparavant, en dessous de l’épaule gauche. Raiden est à présent seul. Totalement dégoûté de son acte et de la lâcheté dont faisait part Damien avant. Il n’est pas certain d’avoir agi seulement pour préserver la vie du garçon, mais aussi la sienne. Dans l’urgence. La mort avait élu à présent domicile ici, Raiden peut à présent aller chercher la clé, le briquet et la torche pour continuer son chemin… Il monte dans l’ascenseur, puis au dessus, voyant qu’il était hors service. Raiden s’agrippe autour des câbles accrochés à ce dernier et monte. Les portes au niveau du dortoir ainsi que celui d’au dessus ont littéralement volé. Raiden s’engouffre dans le dortoir et attrape un briquet traînant à terre. Il le range précautionneusement puis se muni de la clé, une fois arrivé au dernier étage, dans le bureau. Il redescend, non sans mal, la hauteur des câbles lui obligeant à descendre doucement. Ses mains légèrement meurtries, il prit la porte le menant à l’extérieur, il venait de prendre la torche dans la même salle. En ouvrant la porte, il est aspiré directement par le noir intense, il ne peut s’empêcher d’avancer. Sa torche allumée à la main, il avance dans cet endroit humide et froid, avec prudence. Quand la porte se referme, il ne sent plus du tout dans la base. Comme si il était ailleurs. Inutile de chercher à comprendre pourquoi elle avait été gardée en l’état, il fallait la traverser. Raiden avance sous la voûte qui semble rester droite. Puis, d’un coup, sa torche s’éteint. Il prend le briquet et touche le bout de la torche. Quand il allume, il est soudain pris d’une hallucination. Un visage s’éclaire juste devant la flamme et disparaît. Raiden, surpris par cette apparition, laisse tomber le briquet et la torche s’éteint de nouveau. Il ramasse le briquet puis rallume, conscient de ce qu’il venait de voir. Il se reùet en marche, avec encore plus de prudence. La monotonie du paysage le confine à une folie proche. L’impression que cette route dure indéfiniment et qu’il n’est entouré que de noir. Derrière lui, la porte, il a une certaine envie de la réemprunter pour partir. Mais il tient bon. Il observe d’un coup une silhouette dans l’ombre. Il prend son socom de la main gauche et garde la torche de la main droite. Il découvre une personne qui disparaît instantanément lorsqu’elle relève la tête. La torche de Raiden s’éteint encore. Il reste pétrifié sur place et la rallume sans attendre. Sur sa gauche se tient une silhouette fantomatique. Raiden se tourne alors et la voit. La torche chute par terre, sur le sol mouillé. Sans la allumer, des flashs brillants lui arrivent dans les yeux, l’aveuglant presque. Des visages mal dessinés qui s’effacent en hurlant tout autour de lui. Puis le noir complet. Raiden reçoit des coups alors qu’il est tétanisé par la peur. Il tente, alors qu’il est aveugle, de courir droit devant lui. Il entend enfin une voix humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.insaniaweb.com
Angelheart
The Pain
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Ven 29 Avr - 16:03

« Raiden, tu es là ??? »

« Eva, c’est toi ??? »

Une lampe se dirige dans sa direction, le faisceau lumineux dans le visage.

« Tout va bien ? »

« J’aimerai être ailleurs. »

Eva et Raiden se reposent devant un feu, éclairant une partie de la grotte.

« Elle a l’air immense cette grotte. » fait Raiden.

« C’est un peu trompe l’œil. En marchant quelques centaines de mètres, tu as une embouchure vers la droite, ça mène rapidement à la sortie. » répond Eva.

Eva regarde Raiden, penché en avant.

« Que se passe-t-il ? »

« Je me demande pourquoi je suis là… Je viens de tuer un enfant… »

« Damien… Tu n’avais pas réellement le choix, non ? »
« Peut-être m’enfuir, je n’en sais rien. Je me suis juste appliqué à le mettre hors d’état de nuire pour continuer ma « mission ». Je suis bien Jack l’éventreur… Je n’ai même pas de véritable mission, je débarque ici sans raison et je tue sans relâche… Uniquement pour rencontrer Snake. »

« Le chef des terroristes ? »

« Oui. »

« De toute manière Raiden, ils ne te laisseront jamais continuer, il t’en reste encore trois sur ton chemin, ensuite, tu pourras y voir plus clair. »

« Je ne tiens pas à en venir jusque là. »

« Ils viendront à toi alors… »

« …Peut-être. Alors, je me défendrais. Je viens d’assassiner des personnes et je me lamente su mes propres actes. Je ne suis ni un vrai guerrier, ni un homme. »

« Ma route fut plus simple de mon côté. A croire qu’ils t’attendaient, je n’ai quasiment croisé aucune sentinelle pour venir jusque ici. J’ai pu m’infiltrer un peu partout sans difficulté. Je reste sur mes gardes tout de même, je pense que Raine tient à sa revanche. Raiden, je partirai en avant, tu vas devoir faire preuve d’une extrême prudence. »

« Pourquoi ne pas faire équipe ? »

« Je t’avouerai sans mal que tu es mis à découvert, pour le moment, je ne suis pas repéré et je ne tiens pas à l’être, je dois te laisser te débrouiller seul. Malgré tout, je serai là en cas de problème, par codec. »

« Je comprends… Qu’est ce qui m’attend ensuite alors, tu as un plan d’action ? »

« Je suis venu uniquement pour récupérer les informations sur les patriotes, en possession de Solid Snake. »

« Penses-tu réellement qu’il est un ennemi ? »

« Cela ne fait aucun doute. Il ne menace pas seulement les patriotes mais beaucoup d’innocents, inutilement. Mais ce n’est pas ma mission de l’arrêter. Apparemment, c’est la tienne. »

« J’en ai bien l’impression… »

« Tu n’es pas sûr ? »

« Oublie ce que j’ai dit… »

Dans une salle grise et glauque, tâchée de sang, plusieurs personnes discutent. Il s’agit de Raine, Meier Link et Ocelot. Raine se tient debout, Meier Link contre un mur les bras croisés et Ocelot fait des aller retour en marchant.

Ocelot : Où en sommes-nous avec ce freluquet ?

Raine : Les quatre autres sont morts…

Meier Link : Nous avons pu assister à la mort de Samo.

Raine : Et nous n’avons plus aucun contact avec la zone où se trouvaient Naked Cyborg et Damien.

Angelheart : Pourquoi ne pas s’en débarrasser à plusieurs ?

Angelheart apparaît dans la pièce, en lévitation.

Raine : Comment ?

Angelheart : Pourquoi respecter l’ordre établi par Solid Snake ? Son idée de loyauté au combat ne me plaît guère. Nous sommes en guerre et ce Raiden est en train de nous détruire de l’intérieur. Il se dirige vers nous. J’ai tenté de l’impressionner dans la grotte, mais rien n’y fait. Naked Cyborg et Damien sont effectivement morts. En y allant à trois, Meier Link, Raine et moi, nous arriverons rapidement à bout de lui.

Raine : Aurais-tu peur ?

Angelheart : Comment ?

Raine : Je l’attends ce Raiden ! Tu crois réellement que nous avions besoin des autres pour mener une guerre à bien ? Nous avons bien assez d’hommes et ce Raiden constitue un défi personnel intéressant. D’ailleurs, hâte-toi, tu es le suivant !

Angelheart : Solid Snake est inconscient et toi aussi. Je me demande d’ailleurs qu’a-t-il derrière la tête pour nous mener un à un à la mort !

Ocelot : Hmmm… Je vais aller lui parler, nous en saurons plus ensuite.

Raine : Quant à toi, va stopper Raiden !

Angelheart disparaît, dépité.

Raine : Vivement sa mort, je pourrais m’occuper de Raiden comme ça ! dit-il en serrant le poing.

Dans la grotte, Raiden et Eva continuent de parler.

« Je n’ai pas trouvé l’endroit où se trouvait Solid Snake, on dirait un fantôme. Pourtant, j’ai quasiment fait toute la zone. Et de ton côté ? » dit Eva.

« Pareil. Mais cette base est tellement étrange… » répond Raiden.

« D’ailleurs, en interrogeant un des gardes, il m’a appris qu’il existait un passage secret pour y accéder. Pourtant, vu comme est installée la base, il est étonnant que cela puisse être possible. »

« Mais j’ai plutôt l’impression, qu’au contraire, il est possible de cacher certains lieux. Toi, comme moi, nous avons avancé, toujours tout droit. Et si un passage se trouvait n’importe où ici, et que nous soyons tellement absorbé par l’idée de la suite au point de ne pas voir cette cachette… »

« Impossible… Je vais retourner vers l’Est, je vais fouiller, de ton côté, continue l’exploration du côté Ouest, on se rappelle si l’un d’entre nous à une information importante ! »

Eva se lève promptement et laisse Raiden seul, encore abasourdi par la rapidité de l’entrevue.

Il continue son avancée dans le tunnel et tombe sur la bifurcation. Malheureusement, il doit ramper pour accéder à celle-ci, l’ouverture ne se faisant pas assez grande pour un homme debout. En se relevant et en allumant la torche il voit un escalier donnant sur l’extérieur. Il l’emprunte, sortant de la pénombre et il tombe sur une passerelle. De chaque côté d’elle une sentinelle volante. En face, une tour, plongeant dans la mer. Raiden se met à ramper et reçoit un appel par codec.

« Raiden, c’est Otacon ! »

« Que se passe-t-il ? »

« Ne tente surtout pas ton incursion de cette manière ! Ces robots-là détectent les mouvements, les moindres pas. Ils ont des capteurs un peu partout, tant bien même tu essaierais de t’accrocher à une rambarde, elles te localiseraient. Par contre, en ne bougeant plus, tu peux passer inaperçu. Guette le moment de leur passage, il te faut être à moins de dix mètres d’elle. »

« Mais c’est quasiment impossible !! »

« Tu n’as pas d’autre choix, tu risques de mourir sans comprendre. Utilise la technique pour ramper, cela réduira l’écart qu’il te faudra entre toi et elles pour rester à couvert. »

« C’est un système archaïque… »

« Oui, je le sais bien, Raiden. Tu ne pourrais certainement pas entrer comme cela chez les patriotes. Snake a dû y entrer par la force… »

« C'est-à-dire ? »

« Il y a un an, lui et son groupe, encore non baptisé, s’est rendu sur les lieux. Bien plus nombreux que sept. Ils sont revenus le nombre que tu connais. Il est impossible de s’infiltrer là-bas, par désespoir, ils ont pris certains otages ou documents. Les otages n’ont rien donné, mais certains documents recelaient des informations banales en apparence mais qui se sont révélées capitales par la suite. Nous avons pu infiltrer leurs ordinateurs ! »

« Nous ? »

« Ah…Oui, je travaillais encore avec Snake en ce temps-là. Tu sais, je n’étais pas d’accord avec ce qu’il préparait mais, je le suivais malgré tout. Il ne voulait jamais rien dévoiler de ses plans, il ordonnait et j’exécutais. J’ai l’intime conviction qu’il l’a fait dans un but précis, mais je ne saurai te dire lequel. Comme le fait que l’on soit en contact tous les deux doit être voulu par lui… Pour quelle raison, je ne sais pas. Mais en tout cas, il ne souhaite pas que nous soyons mêlés à cette histoire. »

« Tu viens de dire qu’il voulait que nous entrons en contact. »

« Ce n’est qu’un hypothèse…Et c’est là que ça coince. Je suis le seul capable à tout te dire, à peu près… Il a très bien pu se baser sur ce que je sais pour ajouter certains composants… »

« Pourquoi Snake utilise-t-il une ancienne technologie pour garder ces lieux ? »

« Peut-être n’en a-t-il pas besoin après tout ? Il ne lui sert que de stockage pour le Metal Gear, qui sait ? Je crois que Snake joue un jeu dangereux mais calculé. »

« Alors, pourquoi ne pas le laisser agir ? »

« J’ai l’impression que… »

« Que quoi ? »

« Rien…Raiden, je t’en prie, il faut que tu le retrouves, dépêche-toi ! »

« Ok ! »

Raiden coupe le codec et avance prudemment, gardant un œil sur les objets armés au dessus de lui. Il s’arrête lorsqu’ils se rapprochent et s’active, à s’en faire mal les coudes et les genoux, dès qu’elles s’éloignent. D’un coup, il se fige. Elles changent radicalement leur route. Au départ, elles allaient de bas en haut, de manière parallèle et à même vitesse. Maintenant, l’une va vers le haut, l’autre vers le bas. Raiden reste allongé, cherchant à quel moment il pourrait bouger. Puis, il entend un murmure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.insaniaweb.com
Angelheart
The Pain
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Ven 29 Avr - 16:03

« Tu es coincé… »

Raiden ne bouge pas.

« Ce lieu n’a aucun intérêt, je peux agir à ma guise… »

Angelheart apparaît devant la tour, les bras en croix, toujours en lévitation. Puis, d’un coup, la tour explose. Des flammes passent à côté, au dessus et en dessous des bras d’Angelheart et viennent engloutir les deux sentinelles. L’explosion est telle que le pont s’effondre et Raiden tombe à la verticale. Il se rattrape à une rambarde et constate que la passerelle est rompue juste derrière lui. Le soleil éclatant lui pique les yeux, mais il remonte malgré tout, à l’aide de ses bras. Une fois sur un endroit stable, il tente d’avancer, mais le feu l’en empêche. Il observe tout autour de la tour, mais il lui est impossible de tenter de passer au dessus. Il lui fallait aller à l’intérieur. Il prend son élan et saute à l’intérieur de la fournaise. La fumée envahissait les lieux, lorsqu’il ne s’agissait pas du feu. Raiden marche à tâtons dans ce lieu étrange ressemblant à l’enfer. Il prend les escaliers en ouvrant les yeux que momentanément. Il inspecte les lieux et voit des cadavres un peu partout, dans une pièce, soufflés par l’explosion. Il appelle le colonel par codec.

« Colonel, je viens de trouver des personnes mortes ici ! »

« Ce sont les otages… »

« Comment ? Mais pourtant, ils ne les gardaient pas pour marchander ? »

« Je ne sais pas Raiden… Je n’en ai aucune idée. »

Le murmure revient aux oreilles de Raiden

« Moi, je sais… »

« Colonel, je te rappelle plus tard… Snake avait certainement ses raisons »

« Oui, il n’avait plus besoin d’eux… Il s’en est débarassé, personne n’en saura rien, vu que tu vas mourir… Je me chargerai de Eva ensuite » chuchote la voix.

« Qu..Comment ? Tu veux dire que Snake a commandité tout cela ??? »

Mais Raiden n’obtient pas de réponse. Il continue sa descente parmi les décombres, dans un brouillard épais. Il finit par toucher l’eau, infiltrée dans la tour. Sans hésiter, il plonge, espérant trouver une sortie de l’autre côté. Au bout d’un moment et une bonne nage il arrive à l’ouverture provoquée par l’explosion. Des morceaux de ferraille bloquent l’entrée, empêchant ainsi la tour de se remplir plus vite. Raiden dégage le terrain pour pouvoir se faufiler et enfin sortir. Mais une fois sorti, il sent une difficulté à remonter. L’un de ses bras ne veut plus bouger. Il force le plus possible jusqu’à celui-ci reprenne de sa vigueur. Soulagé il nage de plus belle. Mais c’est l’une de ses jambes qui ne répond plus. Il arrive tout de même à s’accrocher à une échelle immergée, collée à la tour. Il l’escalade et arrive sur une seconde passerelle. Au fond, le chemin redevient une forêt. Il marche pour quitter la tour. Les arbres entourent un pont que Raiden emprunte. Angelheart apparaît soudain devant lui.

« Triste…Si triste… Quand nous avons de grandes aptitudes, des pouvoirs, nous nous voyons toujours suivre un destin funeste… Alors que les hommes normaux survivent aux époques. Pourquoi un surdoué doit suivre un parcours contradictoire de son talent inné ? Pourquoi cherche-t-on à tout prix à tuer une personne plus puissante ? Pourquoi s’en méfier plus qu’un autre ? Ocelot l’avait compris, dans le temps. En étant plus classique, comme toi Raiden, on s’en sort, avec plus de chances. Les grandes puissances sont éphémères, alors que les petites ne cessent de s’accroître dans l’ombre. Cela en fait-il des gens plus courageux pour autant ? L’infiltration est comme un virus…Ne dit-on pas qu’un virus est sournois ? » scande Angelheart la tête penchée sur le côté, regardant dans le vide.

Impossible de le voir entièrement, le ciel s’est obscurcit, semble-t-il uniquement pour le cacher à la vue de Raiden. Il semble impénétrable. Raiden sort son Socom.

« Raiden… Deadmaker était un ami. Une personne que j’ai laissé mourir sciemment, pour une mission. Méritait-il, au nom de cette mission, de périr anonymement ? Il était commandé par une main, totalement naïf, ne cherchant pas à comprendre pourquoi. Et si pour toi, Raiden, c’était aussi le cas. Si, on t’avait amené ici dans le seul but de détruire tout le monde ? Toi qui obéis sans réfléchir, sans te poser de questions ? »

« Je… »

« Qu’importe n’est-ce-pas ? Tu dois rejoindre Solid Snake ? Derrière-moi (dit-il en pointant du doigt) la fête va commencer. Tu veux y participer ? Alors, tu devras me tuer !!! »

Angelheart recroqueville les bras et lance une énergie bleue se dirigeant vers Raiden. Elle s’infiltre dans son bras, qui devient inutilisable.

« Alors Raiden ? Et les réflexes ? »

Angelheart était apparu derrière Raiden, il lui assène un coup de pied dans la tête. Raiden s’accroche à une des cordes du pont, sur le côté gauche. Le pont tremble. Raiden tire sur Angelheart qui s’évanouit. Raiden se met debout en stabilisant le pont et regarde autour de lui. Raiden est soudain pris d’un sursaut, puis un autre. Le pont se soulève sous les coups d’Angelheart, Raiden tire, les balles traversent le bois.

« Inutile ! Tu ne m’auras jamais. »

« Si réellement, tu as tous ces pouvoirs, pourquoi te cacher ? »

« Hé hé. Si j’étais invincible, crois bien que je ne jouerai pas le sous-fifre de Solid Snake. J’ai certains pouvoirs, mais je ne suis pas insensible. »

Le bras de Raiden se bloque d’un coup. Il lui est impossible de tirer. En se retournant, il constate qu’Angelheart venait de lui lancer son flux d’énergie paralysant. Il se dirige maintenant vers lui et lance un coup de pied dans le visage de Raiden. Il s’écrase bien plus loin. Raiden évite un jet et tire sur Angelheart. Il s’éclipse de nouveau. Raiden court sur le pont, il reçoit un coup de pieds dans les côtes, et passe par-dessus les cordes du pont, par lesquelles il se raccroche avec mal, par une main. Raiden sent la présence d’’Angelheart à côté de lui et avec son bras ballant il utilise son socom sur lui. Sans savoir si il l’a touché, en observant quelques secondes l’immensité du vide Raiden remonte sur le pont. Dessus, deux gouttes de sang. Raiden avance prudemment, sachant que son adversaire est blessé.

« Je vois que je t’ai sous-estimé... »

Angelheart se place à une dizaine de mètres de raiden, au bout du pont, craque une allumette et la jette enflammée alors que Raiden se retourne. Le pont s’enflamme, le feu se rapprochant de Raiden avec rapidité. Il tente de frapper au sol les flammes pendant Angelheart allume un second feu de l’autre côté du pont. Raiden est maintenant entouré, il ne peut exécuter le moindre pas, il tente de tirer un peu partout, sans résultat. Raiden se voit contraint de s’agripper aux cordes pour avancer.

« As-tu peur Raiden ? »

Le murmure vint au creux de son oreille. Il tente de tirer par-dessus son épaule mais manque de s’écraser tout en bas. Il sent un de ses bras se paralyser, il se jette le corps en avant sur la corde, en gardant un équilibre.

« Te voilà arrangé Raiden. Tu es pitoyable… »

Le feu s’estompe à certains endroits et Raiden peut reposer les pieds sur la terre ferme. Il évite un jet lancé par Angelheart, encore invisible. La route tracée par celui-ci ouvre les flammes en deux parties, permettant maintenant à Raiden de reste au centre sans problème. Raiden reste sur ses gardes et guette la moindre tâche de sang impromptue. Tout d’un coup, il en voit tomber, toute frâiche, il tire plusieurs balles et touche au but.

« Bien vu… Je vais devoir en finir… vite… »

Les cordes du pont s’enflamment tour à tour. Pour Raiden, cela signifie la mort assurée si il reste trop longtemps ici. Il court en direction du reste de la base mais il est repoussé violemment en arrière.

« Tu comptais t’enfuir ? » lui lance une voix plus énervée.

Raiden tire de nouveau devant lui jusqu’à ne plus avoir de balles. Le pont se soulève de nouveau, Angelheart frappe par en dessous pour faire chavirer Raiden. Il sort sa mitraillette et tire dans le pont espérant toucher au passage Angelheart. Après de nombreux tambourinages de brûlures, Raiden a dû s’agripper par moment à la corde pour ne pas tomber, le calme s’installe.

« Meurs ! » entend Raiden avant de recevoir un coup dans la tête. Il ne peut esquiver les multiples attaques qu’il reçoit. Son corps est meurtri, il crache un peu de sang.

« Pourquoi ne mets-tu pas le feu sur le pont ??? » cria Raiden, après s’être remis de ses émotions.

« Ce n’était qu’une attaque éclair… Je sais que tu n’attends que cela pour m’attaquer. »

Raiden tire un peu partout où cela lui est donné de le faire. Il use des balles à un rythme frénétique. Tout droit sorti en dessous du pont, Angelheart, visible ce coup-ci, d débarque et passe entre les cordes pour attraper Raiden au passage. Il s’envole avec, lui tenant les deux bras.

« Tu vas t’écraser en bas Raiden ! Je tiens tes deux membres supérieurs, ils sont paralysés par mon flux d’énergie ! »

Voyant qu’il ne peut absolument rien faire, et qu’Angelheart allait certainement le laisser s’écraser au fond du ravin, Raiden lance un coup de genou dans l’entrejambe d’Angelheart pour le forcer à le lâcher avant. Il s’accroche ensuite à ses jambes avec les bras libres puis aux cordes et saute enfin sur le pont. Sur le ventre, Raiden se retourne, son fusil à pompes à bout de bras en entendant les hurlements d’Angelheart se rapprochant. Il tire deux fois sans regarder. Angelheart lance des dizaines de lux d’énergie sur Raiden, complètement immobilisé de la tête au pied. Angelheart continue à lancer ses attaques malgré tout, en hurlant. Puis il disparaît. Il réapparaît en hauteur de l’autre côté du pont, là ou la sortie se trouve. Raiden craint le pire se sent totalement démuni.

« Raiden… Je le savais qu’il ne fallait pas t’attaquer de front, un à un…. J’aurai du te tuer au lieu de m’amuser avec toi… Tu nous tueras tous… »

La pluie tombe, éteignant le feu sur le pont, écrasant le visage et les vêtements sombres d’Angelheart, les bras en croix. La couleur rouge inonde son corps. Il s’écroule lourdement sur le pont, son sang se mêlant à la pluie. Raiden se relève doucement et passe à côté du corps inerte d’Angelheart. Il l’observe quelques instants et continue sa route. Il appelle le colonel par codec.

« J’ai découvert le coupable de la mort des otages. Mais difficile de dire si il était de mèche avec Ocelot, s’il agissait aux ordres de Snake. Rien ne colle… Snake n’agirait pas aussi follement ! »

« Tu as raison Raiden… Toutes ces actions ne ressemblent pas à Snake. On dirait qu’il cherche volontairement à se détruire. Rien à voir avec son idée de conquête. »

« On dirait un fantôme Colonel… J’ai pu apercevoir Ocelot mais personne ne semble parler de Snake. C’est comme si il n’existait pas ! Et pourquoi travaillerait-il avec Ocelot ? Ils ont toujours été ennemis ! »

« J’ai appris quelques nouvelles qui pourraient t’intéresser à ce sujet. Ocelot ne se serait pas allié avec Snake par gaieté de cœur, mais plutôt parce qu’ils ont un but commun. »

« Les patriotes ?? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.insaniaweb.com
Angelheart
The Pain
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Ven 29 Avr - 16:04

« Oui… Pour une raison ou pour une autre, il s’est rebellé contre eux, il ne travaille plus pour eux depuis un an et demi environ. »

« Un an et demi environ… »

« Exact. En tout cas, tu dois te hâter. Le pentagone a reçu des menaces de frappes de la part de Snake en personne, mais aucun espion n’a pu approcher le nouveau Metal Gear, aucun être vivant ne sait où il est. Mais il est certain que si il souhaite t’arrêter, c’est que tu es sur la bonne route. Continue ainsi Raiden. »

Le codec se coupe et Raiden continue sa route. Il avance sur un chemin boisé, lorsqu’il est stoppé par des gardes sortant des buissons, l’arme à la main.


« Bouge pas ! »

Raine et Ocelot, accompagnés de trois gardes convergent vers lui.

Raine : J’avais bien raison de l’attendre ici !

Ocelot : C’était une bonne idée, oui.

Raine : Angelheart t’attendait sur le pont, en cas de réussite, il suffisait juste de t’attendre ici, ah, ah, ah.

Ocelot : Maintenant, tu vas répondre à quelques questions…

Raine assomme Raiden.

Raiden se réveille, complètement sonné. Il peut sentir qu’il ne peut pas bouger, qu’il est attaché. Il est dans une salle grisâtre avec des murs imprégnés de sang. Il peut voir faiblement devant lui Raine et Ocelot.

Ocelot : Alors gamin, bien dormi ?

Raine : Ca fait un bout de temps que tu roupilles, j’ai du frapper un peu fort, ah, ah, ah.

Ocelot : J’ai participé à bon nombre d’opérations et la plupart du temps, en tant que saboteur. Et dans celle-ci, je n’avais vu aucun grain de sable s’y glisser… Mais, par contre, toi, tu es un vrai problème… Tu n’étais censé être au courant de rien et voilà, qui débarque, armes à la main, en tuant cinq des membres du groupe Children of Big Boss.

Raine : Il reste les meilleurs, hé hé.

Ocelot regarde Raine avant de continuer.

Ocelot : Etant donné que Snake ne semble pas s’étonner outre mesure de ta venue ici, mais que nous travaillons maintenant main dans la main… Je me pose une question : Pourquoi es-tu ici ?

Raiden : Et toi, Ocelot ? Tu as toujours lutté contre Snake, non ?

Ocelot : Ah, ah, ah. Si, en apparence, je me suis battu contre le Big Boss ou Solid Snake, je les ai toujours aidé…dans l’ombre, comme toi.

Raiden : Uniquement pour les patriotes !

Ocelot : C’est vrai… Vois-tu, nous vieillissons tous ! Il arrive que l’on change son jouet…

Raiden : Que veux-tu dire ?

« Inutile d’en parler. »

Raiden peut le voir, juste devant. Solid Snake. Entré dans la pièce, emmitouflé dans un manteau, le manteau de Solidus !

Raiden : Snake, c’est toi ?!

Snake : Laissez-nous seuls, vous pourrez reprendre l’interrogatoire ensuite.

Ocelot et Raine partent. Snake s’approche de Raiden.

Raiden : Snake !!!

Snake : Raiden…

Raiden : Que se passe-t-il ??

Snake : Quelle question. Je mets mes plans à exécution.

Raiden : C’est impossible…Tu n’es pas devenu le chef de…

Snake : Si, Raiden. Tu n’aurais pas dû venir. Je te reconnais bien là. Otacon a dû t’aider j’imagine.

Raiden : Le colonel aussi !

Snake : Hmmm…

Raiden : Snake, pourquoi ?

Snake : J’en ai eu assez de me cacher… De vivre comme un lâche… Je vais recréer le rêve de Big Boss…

Raiden : Arrête, Snake, ce ne sont pas tes paroles !!

Snake : Tu vas mourir Raiden. Je tuerais aussi tous les patriotes…

Raiden : Tu sais bien que cela est impossible.

Snake : Si je peux apporter un temps de paix… Tu aurais dû partir Raiden…Maintenant, c’est trop tard…

Snake sort de la pièce, Raine et Ocelot reviennent.

Ocelot : Gamin, il semblerait bien que tu te sois trompé d’allié.

Raine : Ah, ah, ah !

Ocelot : Cependant…

Raine : Quoi ?

Ocelot : Je ne suis pas tranquille… Je vais aller lui parler, on sait jamais.

Raine : Laisse-moi Raiden, je vais le cuisiner.

Ocelot : Si tu veux, je te passe la main pour ce travail…

Ocelot soupire, regarde Raiden et s’en va. Raine s’approche de Raiden.

Raine : Tu sais, la modernité est un fléau. Tu savais qu’il existe maintenant des tortures au laser ? On te coupe un membre et il cicatrise direct ! Oh, la douleur, elle, reste la même, mais pas de risque d’infection ou de complications ! On peut revenir te chercher des jours après ! Mais franchement, torturer soi-même une personne n’est-il pas plus jouissif (dit-il en serrant son poing) ?

Raiden se tourne, Ocelot et Snake parlent derrière un mur de la salle, il peut les entendre par moment.

Raine : Personnellement, je n’ai strictement rien à te demander. J’ai juste envie de voir combien de temps tu vas encaisser tout ce que tu vas recevoir.

Raine donne un premier coup dans le ventre de Raiden.

Raine : Pour commencer ! Doucement !

Raiden tend l’oreille pendant que Raine frappe.

Ocelot : J’ai un doute…

Snake : C’est toi qui l’a ramené jusqu’ici après tout, tu aurais très bien pu le tuer.

Raine frappe Raiden.

Ocelot : Hmmm… Comment expliques-tu sa présence et son extrême facilité à détourner les pièges.

Snake : Je te rappelle qu’il n’est pas le seul ici (Raine frappe Raiden)... cette femme, envoyée… (Raine frappe Raiden)

Ocelot : C’est donc d’elle qu’il faut se méfier…

Snake : Il serait préférable de l’arrêter, oui. Ne t’inquiète pas pour le reste, le Metal Gear est toujours en ta possession de toute manière, pour te prouver ma bonne foi. Même si certaines questions restent (Raine frappe Raiden)… tu as néanmoins cet atout. Il vaudrait mieux se débarrasser rapidement de Raiden, cette fille semble trouver des information et elle se faufile partout. Qui plus est, nous avons des hélicoptères dépêchés ici.

Raine frappe Raiden plusieurs fois de suite.

Ocelot : Je vais envoyer Meier Link pour les arrêter, mais il faudrait se préparer à par…

Raine donne tellement de coups que Raiden cède, entièrement couverts de bleu, prêt à céder devant les attaques.

« A toutes les personnes présentes ici, des marines se dirigent vers nous. Alerte ! »

Raine : Tu m’excuses Raiden, je dois m’en aller…mais je reviens vite !

Raine quitte la pièce, le codec de Raiden sonne.
« Raiden, est-ce que tout va bien ?? »

« Cela pourrait aller mieux, Otacon. Ils m’ont au moins laissé de quoi communiquer... »

« Etrange… Tu as vu Snake ? »

« Oui, je ne l’ai pas reconnu, on aurait dit Solidus ! Otacon, il faut me sortir de là, rapidement. Ca va devenir un vrai champ de batailles dehors, et comme tu le disais, Snake et Ocelot n’ont apparemment aucune envie de rester ici… »

« Je m’en doutais. Je vais chercher un moyen, Raiden, ne t’en fais pas. »

Raiden n’arrive pas à réfléchir. Il n’a pas envie d’attendre non plus. Snake semble cacher quelque chose, mais Raiden n’est pas mis au secret. Il ne représente donc plus rien pour lui… Peut-être devrait-il se laisser mourir sous les coups de son agresseur. Il ne peut plus bouger. Otacon n’est pas dans la base et Eva n’appelle pas. Ce n’est pas le moment de baisser les bras…Il doit connaître la vérité, il n’est pas venu ici pour mourir !

Raine revient, l’air réjoui, une arme à la main. Il la pose contre un mur.

Raine : Alors Raiden ? Où en étions-nous ??

Raine frappe de longues minutes Raiden, qui ne peut ralentir les jets de s’écoulant de sa bouche.

Raine : Tu n’as pas envie de mourir Raiden ? Pfff. D’un autre côté, ce genre de bataille ne me plaît guère… Je te laisse tranquillement te remettre de tes esprits.

Raine repart laissant Raiden seul. Raiden remarque enfin qu’il est torse nu lorsqu’il ouvre les yeux pour contempler ses blessures. Il se sent comme enfermé dans une prison, sans pouvoir agir. Il entend les balles fuser dehors. Le codec sonne de nouveau.

« Raiden, je n’ai aucun moyen de te sortir de là ! »

« Ce n’est pas grave Otacon… »

« Mais j’ai une idée, puisque tu peux uniquement recevoir des appels… tu as un contact dans la base ? »

« Oui…Une femme…elle s’appelle Eva… »

« Quelle est sa fréquence ? »

« 142.52… »

« Tiens bon Raiden ! »

Le codec se coupe. Raiden attend de longues minutes en tentant de bouger le moins possible pour ne pas ressentir les blessures. On l’appelle de nouveau.

« Raiden, tu vas bien ?? »

« Eva… »

« Un ami à toi, Otacon, m’a appelé. Je n’étais pas certain qu’il s’agisse réellement d’un ami mais dans le doute, je t’appelle. Comment vas-tu ? »

« J’ai connu mieux… »

« Où te trouves-tu ? »

« Je ne sais pas…Je suis dans une salle… vide, avec du sang… Une salle de torture, j’ai l’impression. Raine ne m’a pas fait de cadeau… »

« Tu dois certainement être dans les prisons ! »

« Tu peux arriver dans combien de temps ?... Raine est parti, mais je ne sais pas pour combien de temps… »

« Je fais aussi vite que je peux ! »

Le colonel appelle Raiden.

« Raiden, tout va bien ? »

« Je n’irai pas jusque là… »

« J’ai une nouvelle importante à t’annoncer. Snake aurait lancé un ultimatum aux patriotes, ainsi qu’aux Etats-Unis. Il s’apprête à lancer une frappe nucléaire dans deux heures, tout au plus. Tu dois te sortir rapidement d’ici et arrêter Solid Snake ! »

« C’est ma mission ?... »

« J’en ai bien peur, oui. Ta priorité est d’éloigner tout risque de frappe nucléaire. Non pas pour protéger les patriotes, mais de nombreux innocents ! »

« Je vois… Tu dois avoir raison, colonel…Snake a complètement changé. Je crois qu’il est inutile que je cherche à le raisonner… J’ai l’impression d’être au milieu d’une bombe avec un compte à rebours. Je cours après le temps… Je ne sais absolument rien de cet endroit, je ne connaissais strictement rien de ce qui m’attendais et pourtant… Je suis en train de mettre en échec Snake…Tout du moins…J’étais… »

« Ne perds pas espoir Raiden ! »

Le codec se coupe, Raiden baisse la tête. Le déclic de la porte lui provoque un sursaut mais il constate avec bonheur qu’il s’agit d’Eva.

Eva : Pauvre Raiden…Que t’ont-ils faits ?

Raiden : Plus tard…Détache-moi et partons…
Eva libère Raiden qui s’effondre à terre. Elle le soulève, lui passe son par-dessus son épaule et le porte jusqu’à la sortie. Les yeux de Raiden vacillent, il ne sait pas du tout où Eva l’emmène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.insaniaweb.com
Angelheart
The Pain
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Ven 29 Avr - 16:04

Eva : Aller Raiden, un effort. Je compte sur toi !

Raiden se laisse aller, sans fournir un seul effort, totalement en sécurité. Il se sent faible. Eva semble savoir exactement où aller. Il se laisse porter. Puis, elle le pose, dans une salle vide.

Eva : Avec l’alerte donnée, tu ne risques rien ici. Je vais te laisser reprendre tes esprits…

Eva lui enlève les traces de sang avec son mouchoir en le regardant avec sourire. Raiden est dans les pommes. Ces gestes de douceur contrastent totalement avec ceux de Raine, Raiden tente tout de même de rester conscient.

Eva : Tu sais Raiden, sans toi, je n’aurai pas pu avancer aussi loin… Je devrai peut-être te remercier.

Elle se relève d’un coup, enlève sa veste et la pose à côté de Raiden.

Eva : Tiens, tu seras plus habillé comme ça. J’ai entendu Snake parler à quelques hommes, ils ne vont pas tarder à partir, pour lancer la frappe nucléaire. Je vais tenter de trouver un moyen de locomotion pour partir, car il compte faire exploser la base !!

Raiden : D’accord…

Eva : Dehors, tu devrais te retrouver en terrain inconnu, ce n’est pas grave, continue vers le Nord, je serai là, avec le Harrier.

Raiden : Très bien…

Eva : A bientôt ! dit Eva suivi d’un clin d’œil.

Raiden reste assis, la tête dans le vague, un mince filet de lumière lui éclairant le visage. Il laisse s’écouler de longues minutes, durant lesquelles il ne pensait plus à rien. Puis, il s’habille et sort de la salle, en traînant les pieds. Dehors, le soleil éclatant lui pique les yeux, il avance sans regarder réellement devant lui.

Raine : Raiiiideeennnnnn !!!!

Raiden relève la tête. Raine se tient devant lui, un stinger à la main. La passerelle dans laquelle il est est plus large que d’habitude, avec quelques poteaux le surmontant. Elle surplombe de nouveau de l’eau.

Raine : Vous êtes tellement prévisibles ! Il me suffisait d’attendre que l’autre garce te libère pour me battre contre toi d’homme à homme. Je sais, tu es un peu diminué, mais que veux-tu, ce sera un défi pour toi, non ?

Raiden : Je n’ai aucune chance…

D’un coup, sort le harrier, avec Eva à l’intérieur.

Eva : Raiden, saute à l’intérieur !!!!

Une des deux portes s’ouvre pour accueillir Raiden.

Raine : Comme des lâches !

Raiden s’élance et tombe dedans. La porte se referme et le Harrier prend son envol.

Eva : Tiens-toi bien Raiden, on va en découdre avec Raine !

Raiden ne répond pas. Raine pose le stinger sur son épaule pendant qu’Eva effectue un tour autour de lui. Elle tire, Raine se cache derrière un des poteaux.

Eva : Je fais effectuer un autre cercle, pour le prendre à revers !

Eva contourne Raine et lorsqu’elle se retrouve face à lui, elle le voit en train de tirer un missile. Elle l’évite et Raiden peut observer l’explosion juste devant lui, qui caresse l’avion. Eva tire une nouvelle fois sur Raine qui effectue une roulade sur la droite avec agilité. Le Harrier passe au dessus de la passerelle et continue sa route.

Eva : Il a beau être musclé et lourd, il n’en reste pas moins souple ! Ca va être plus difficile que prévu !

Le Harrier fonce de nouveau sur la passerelle en tirant. Mais, ni Eva, ni Raiden ne sait derrière quel poteau se cache Raine. Un missile sort d’un coup de l’un d’eux et s’écrase sur la coque. Raine était accroupi et avait laissé à peine dépasser le stinger pour les toucher.

Eva : Raiden, lance un missile !!!

Raiden s’exécute et le missile se détache à côté de lui pour venir s’écraser sur la passerelle. Après la dissipation de la fumée, Eva et Raiden voient Raiden pendu à une rambarde, juste légèrement blessé. Il remonte. La passerelle a perdu une partie avec deux poteaux. Raine a évité de peu ce tir fatal. Il remonte, attend que Eva et Raiden passent au dessus pour leur tirer dans le dos.

Eva : On est assez touché là, il faut éviter que cela se reproduise. On va essayer de rester à distance. En tirant de loin, Eva ne touche jamais au but. Raine trouve le moyen de se barricader et en plus de riposter. Elle tente une autre manœuvre. Elle passe par la gauche et tire. Mais là encore, Raine trouve un moyen de se planquer derrière un poteau.

Eva : Raiden, lance encore un missile.

Celui-ci part aussitôt et détruit encore une parcelle de terrain. Impossible de revenir en arrière à l’avenir, le trou est trop grand, il ne se voit pas tenter le grand saut dans son état…

En effectuant un retour à 90 degrés, le Harrier est secoué, ils ont reçu un missile de plein de fouet, l’avion tangue et fume.

Eva : Mince !!! Raiden, il va falloir que tu sautes !

Raiden : Comment ? Et toi ?

Eva : T’inquiètes pas, aller, pas de temps à perdre, je fonce vers la passerelle.

Eva tire pour se prévaloir des attaques de Raine, mais celui-ci s’écarte de la cible pour armer et tirer deux fois de suite. La fumée et le feu empêchent Raiden et Eva de voir correctement.

Eva : Aller Raiden, saute !!!

La porte s’ouvre, Raiden se lève et plonge. Il tombe sur lourdement sur le sol en roulant. L’avion pique directement vers la mer puis explose. Raiden est à genoux et se relève difficilement. Raine sort de derrière l’un des poteaux.

Raine : Et voilà Raiden ! C’est la fin ! Ta copine est morte et tu agonises…Quelle fin pathétique.

Raine marche vers lui puis s’arrête à quelques mètres.

Raine : Que pensais-tu faire en venant ici ? Parce que tu as battu les autres minables, tu croyais pouvoir en faire de même avec moi ?? Sache que je ne suis pas comme les autres et que je me moque de Solid Snake. J’ai toujours été aux côtés de Ocelot. En lui, j’ai entière confiance. C’est lui qui m’a intégré au groupe Children of Big Boss pour ne pas que l’on voit notre alliance. Ocelot est en possession du Metal Gear. Snake n’a rien, strictement rien ! Il commande en apparence mais c’est Ocelot qui s’occupe de tout. Il maîtrise tout, comme dans tous les ordres dans lequel il a servi. Et moi, je suis son second !!!!!

Raiden : Je n’en suis pas si sûr…

Raine : Inutile de parler plus longtemps de toute manière !! Je vais m’offrir ta tête et assister ensuite au feu d’artifice. Les Etats-Unis tout entier brûleront devant nos yeux, notre victoire sur les patriotes sera entière !

Raiden : Crois-tu que les patriotes viennent uniquement de ce pays ? Même Ocelot n’est certain de rien…

Raine : Qu’importe…Nous créerons notre nation reine, je serai le successeur d’Ocelot, pour diriger le monde. Et je pense rien révéler en te disant qu’il compte bientôt passer la main… Alors Raiden, tu n’as pas voulu rester torse nu comme moi ? Ah, ah, ah, il faut dire que tu fais grise mine face à moi ! Aller, Bats-toi !!!

Raine fonce sur Raiden et le projette un peu plus loin, près du bord, du trou crée par le Harrier. L’acier chaud lui brûle le bras.

Raine : Raiden ! Les membres du groupe Children of Big Boss ont été mis en place pour toi ! Je ne saurai te dire pour quelle raison, mais tout devient clair. Jamais il n’a été question de protéger le Metal Gear, ni d’arrêter quelconque gêneur, juste de te barrer la route, à toi ! Tout est devenu très clair pour moi, même si Ocelot ne comprend pas les agissements de Snake. Cela ne me dérange pas de voir mourir mes «alliés », je sais pertinemment que je vais survivre à cette guerre ! Et Ocelot se moque lui aussi du sort des autres, tant que le Metal Gear lui revient, comme les informations sur les patriotes.

Raiden : Pour moi…


Raine avance puis se fige. Il a reçu une balle dans le dos. Trempée jusqu’aux os, Eva monte sur la passerelle, le canon de l’arme encore chaud.

Eva : Mauvais calcul Raine.

Raine rigole bruyamment.

Raiden : Impossible…

Raiden se relève rapidement pendant que Raine se dirige vers Eva. Eva tente de tirer mais son bras jette l’arme.

Eva : Mais…

Elle reçoit un coup de poing en pleine figure. Raiden arrive et tente de lancer sa jambe droite, mais il donne un coup de poing à la place que Raine arrête avec son torse. Raiden est projeté en arrière par la force d’un coup.

Raine : Ah, ah, ah, ah, j’ai des pouvoirs illimités !!!! Je vous avais gardé cette surprise. Je contrôle les informations qui arrivent du cerveau aux muscles ! Vous n’avez aucune chance de m’attaquer de front !

Raiden tente plusieurs fois de l’attaquer, sans succès. Raine prévoit tout à l’avance et lui inverse l’attaque. Raiden est un véritable pantin entre ses mains. La concentration de Raine est perturbé, Eva vient de nouveau de lui tirer dans le dos. Mais à la grande surprise de cette dernière, il a bloqué la balle entre ses muscles.

Eva : Il est inhumain…

Raiden, sans réfléchir se jette à son tour sur lui, les deux pieds en avant qui s’écrase sur la poitrine de Raine. Il tombe sur le dos et se relève et se concentre de nouveau sur Raiden. Eva lui tire encore dessus. Du sang gicle des trous de son dos. Raine est perturbé et Raiden le frappe de plus belle. De rage, Raine envoie un direct dans le foie de Raiden, qui tombe. Eva lui tire dans le crâne, la tête de Raine penche violemment en avant puis revient. Du sang coulant de sa tête, Raine avance vers Eva, écumant de rage. Il se concentre sur Eva et commence à lui tordre les jambes.

Raiden : Raine !!!

Raine lâche Eva et se retourne vers Raiden. Il tient son stinger et presse sur la détente. Le missile lui explose en plein dessus. Raine sort de la fumée, recouvert d’hémoglobine et de blessure, tenant encore debout.

Eva : Il faut lui faire perdre encore sa concentration !!!!

Mais Raine chancelle, il se raccroche à une rambarde.

Raine : Impossible…J’ai…été…vaincu… OCELOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Puis, il s’effondre au sol, sa masse musculaire faisant trembler la passerelle entière. Une mare de sang l’entoure bien vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.insaniaweb.com
Angelheart
The Pain
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Ven 29 Avr - 16:05

Raiden : Tout va bien ?

Eva : Oui ! Nous n’avons pas le temps de nous attarder ici…

Raiden : Je sais…

Eva : T’es encore blessé ?

Raiden : Disons que je vais tenter une autre approche pour les futurs adversaires, sinon, je ne ferais pas long feu…

Eva change de tenue devant Raiden, sans s’expliquer. Il détourne difficilement les yeux de ses sous-vêtements.

Raiden : Que fais-tu ?

Eva : Je vais passer par l’eau, je mets ma combinaison de plongée.

Raiden : Pourquoi ne continues-tu pas par là ?

Eva : Nous allons tenter deux approches, toi par la terre, moi par la mer.

Raiden : Très bien.

Eva : Le premier arrivé prévient l’autre, nous sommes proches du but Raiden, tiens bon !

Eva plonge sans demander son reste devant un Raiden encore troublé par la vitesse des évènements.

Raiden se dirige dans le nouveau bâtiment qui n’a, en apparence, aucune différence avec les autres. Il ouvre une porte donnant une salle vide. Il y trouve quelques armes : Sniper, Socom, Couteau… Il trouve aussi des grenades chaff et classiques. Il emprunte ensuite un escalier. En haut, sur tout le couloir se trouvent des caméras armées de fusils. Il lance une grenade chaff et passe en courant. Malheureusement, il observe que trois portes se trouvent en dessous des caméras de surveillance. Maintenant au bout du couloir, il cherche par quelle porte il va passer. Il emprunte la première devant lui, pendant que la grenade fait encore effet. La pièce ne recèle rien d’intéressant, il ne ramasse que des cartouches pour le fusil sniper. Pour ressortir, il laisse la porte s’ouvrir pour jeter une autre grenade chaff. Quand elle explose, il entre dans la seconde pièce. C’est un dépôt de nourriture. Raiden ressort de la pièce instantanément. Au lieu de lancer une grenade, il long le mur pour arriver à la troisième porte. Devant lui se dresse un rideau de lignes à infrarouges. Le codec sonne.

« Raiden, fais attention, n’avance pas plus loin ! »

« J’ai vu colonel. Mais je dois continuer, je serai bloqué ici, sinon ! »

« Trouve un moyen de passer entre, en rampant, ou bien, détruis le commutateur pour passer tranquillement ! »

Raiden coupe le codec. Il étudie le dispositif pour trouver le boîtier à détruire. Mais, de là où il se trouve, à première vue, il n’y a rien. Il passe en dessous le premier fil de lumière en rampant, enjambe un autre. Mais il se retrouve coincé à la limite, lorsque une ligne monte et descend avec rapidité. Sans élan, impossible de passer. Il tente quand même sa chance en faisant un pas sauté. Il aurait presque pu sentir la chaleur du système lui parcourir le dos. Il était passé. Il se penche, se relève, enjambe de nouveau, s’accroupit. Mais l’étau se resserre, l’écart entre les fils ne lui permet plus d’effectuer les mouvements requis pour continuer. Il se sent coincé, mais il aperçoit dans le creux d’un mur le boîtier. Il sort lentement son arme, lève ses épaules sans trop les mettre en arrière, passe l’arme par-dessus un fil et tire une fois, au milieu du terrain miné. Un déclic, un dispositif qui meurt, Raiden est libéré. Le passage est maintenant vierge, il peut continuer son chemin. On l’appelle par Codec.

« Raiden, c’est Otacon, j’ai des informations à te communiquer ! »

« Je t’écoute. »

« J’ai réussi à en apprendre sur le Metal Gear. Je ne suis pas certain que c’est le modèle qui nous concerne, mais un Metal Gear Unknown a été développé dans le secret par Armtechs. »

« J’avais rencontré l’un des membres dans une prison ! »

« Alors, je ne me suis pas trompé ! En fait, il serait le fruit d’un travail clandestin, mais bizarrement, ils divulguaient des données sur internet. »

« Pour quelle raison ? »

« Je ne sais absolument pas. Surtout qu’elles étaient ultra protégées donc quasiment impossibles d’être vues à part par les patriotes ou d’excellents pirates informatiques. »

« Tu penses que c’est une initiative de Snake ? »

« C’est possible. Ce Metal Gear a une fonction simple mais efficace : il a la possibilité de plonger dans un sol meuble ou dur et de parcourir des kilomètres de cette manière. »

« Dans quel but ?! »

« Certainement échapper aux radars et aux bombes, mais je le reconnais, cette fonction à quelques défauts sur des longues distances. Mais, imagine qu’elles soient utilisées devant une grande base… »

« Celle des patriotes ? »

« Par exemple, ou une base militaire ! Celle-ci ne ferait pas long feu. »

« Mais seulement une attaque de masse pourrait provoquer de tels dégâts… »

« Tu as raison, ce Metal Gear, seul, n’a quasiment aucune utilité ! »

« Hmmm…Je suis certain que cela cache autre chose. Snake et Ocelot ne se seraient pas alliés et n’auraient pas monté tout cela pour uniquement périr… Je vais continuer ma route, je te rappelle dès que j’ai du nouveau. »

Raiden se retrouve de nouveau à l’extérieur, sur une nouvelle passerelle. Il se baisse et se cache en voyant une troupe de marines dessus. Il penche la tête et le vois converger vers le petit bâtiment d’en face. Puis, d’un coup, une balle fuse dans le crâne de l’un d’eux.

« Que se passe-t-il ? » crie l’un d’eux avant d’en recevoir une en plein cœur, pendant que les autres tentent de se camoufler. Ils tirent en hauteur, en direction d’un renfoncement en haut du bâtiment. Raiden peut apercevoir une personne qui disparaît instantanément de son champ de vision.

« Il faut se replier ». Mais le soldat qui venait de crier ça reçoit une volée de balles dans l’épaule et le coup. Le sniper tire avec une précision et une rapidité folle. Les survivants courent en direction de Raiden mais ils sont tous foudroyés par une balle bien placée. Quant aux inconscients restés en première ligne pour le débusquer, ils constatèrent leur propre mort en direct. Raiden sort son fusil sniper pour rivaliser d’égal à égal avec son adversaire encore caché. La passerelle était construite de telle manière qu’il était difficile pour Raiden d’atteindre l’ennemi avant qu’il ne le touche. Il avait le désavantage d’être en contrebas, alors que l’autre pouvait se placer en retrait tout en touchant au but. Malgré tout, Raiden a l’avantage de ne pas être remarqué pour le moment. Raiden appelle Otacon.

« Otacon, tu pourrais me donner des précisions dans le lieu où je me trouve ? »

« Où te trouves-tu ? »

« Sur une passerelle, avec un poste à Sniper situé en hauteur, au dessus du bâtiment. »

« Je vois… L’architecture peut t’être favorable. Le sniper ne peut observer qu’une partie de la passerelle, tu peux le prendre de vitesse, en te situant soit à gauche, soit à droite. Si il te vise, change de côté. C’est ce que je peux te conseiller. Par contre, si il se met d’une certaine manière, tu ne pourras jamais le toucher. »

« Comment faire alors ? »

« Tu peux viser son arme. Mais en tout cas, tu risques de revoir ton sniper par la suite… »

« En réduisant son fusil à néant, je pourrais au moins continuer ma route. Je crois savoir de qui il s’agit. Mais pourquoi je ne peux le toucher ? »

« Il a certainement placé son fusil en avant, il place juste son visage derrière pour viser. Mais avec le renfoncement, aucune chance de l’avoir… »

« Compris ! Je tente de le mettre hors d’état de nuire, je te contacte après ! »

« Courage Raiden ! »

Raiden n’emprunte pas l’escalier menant au centre de la passerelle, il se place sur la gauche, pour échapper à la vision du sniper sur la droite. Il vise, mais tremble. Et il n’a aucun cachet de diazépam. Il tire tout de même, mais sa balle ricoche à côté du fusil. La réverbération de la lunette s’enfuit, le sniper a compris. Raiden cherche du regard où le sniper se place. En s’allongeant entièrement, il réduit les possibilités de réussite de son adversaire. Il revoit enfin le flash blanc crée par le soleil, le sniper attend un geste de Raiden. Raiden se lève légèrement et roule sur la droite, une balle fuse mais ne le touche pas. Raiden se remet en position et tire de nouveau, dans l’énervement. Il évite bien largement sa cible et le fusil change de nouveau de place. Raiden prévoit à l’avance et se range à gauche, en guettant. Il cible en gardant son calme, durant des longues secondes. Puis il touche le fusil. Raiden se lève et se prépare à aller de l’autre côté, mais le sniper ne réapparaît pas. Raiden, conscient qu’il est dans un piège, se met à bouger sans cesse, de manière inopinée. Il évite ainsi une balle et peut repérer son agresseur. Il se met en position, tire, mais il est déjà trop tard. Raiden reste à droite. Soudain, il voit la lunette s’avancer, il est revenu exactement au même endroit, espérant surprendre Raiden. Ce qu’il a tout de même fait. Dans la détresse, Raiden le tire aussi sec, plusieurs fois. Les trois coups vont à côté mais le dernier touche au but. Le sniper se retire. Raiden se remet sur ses jambes et appelle colonel par codec.

« Colonel, j’ai vaincu le sniper. »

« Bien joué, mais fais attention, il est toujours vivant et risque de revenir. Tu n’as pas le temps, cours jusque dans le prochain bâtiment, tu ne dois plus perdre ton temps ici. »

« Très bien. Combien de temps me reste-t-il ? »

« Une demi-heure à présent ! »

« Ok. »

Raiden coupe le codec et s’empresse d’entrer dans la nouvelle installation. A l’intérieur, uniquement des caisses et un tapis roulant, ainsi qu’un escalier menant à l’étage supérieur. Contre le mur, appuyé, les bras croisés, se trouve Meier Link.

Meier Link : Bienvenue Raiden. Et bravo, même si je subodore un coup de chance. La sortie est juste derrière moi. La fête va commencer, Ocelot organise les préparatifs de lancement. Quitte ou double. Soit tu meurs près du but, soit tu peux empêcher la frappe nucléaire. Le jeu en vaut la chandelle.

Raiden : Tu es le numéro sept…

Meier Link : Et oui, le dernier des membres du Children Of Big Boss. N’étant pas superstitieux de nature, je ne partirai pas perdant.

Raiden sort son socom. Meier décroise les bras et se met face à Raiden, son manteau ouvert. Il sort son fusil à deux canons. Des rangées de caisses se trouvent à droite et à gauche, au centre la vue est dégagée. Meier Link tire dans la direction de Raiden. Avant la détonation, Raiden se baisse à terre. Après le coup de fusil, il se relève et tire plusieurs fois sur Meier Link. Les balles ricochent sur le long manteau noir. Meier Link reste sans bouger et regarde Raiden. Il charge ensuite son fusil et tire. Raiden se cache derrière des caisses, sur sa gauche.

« Tu veux que je te dise Raiden ? Mon manteau a été construit dans alliage spécial, il est en métal, mais il reste très léger. C’est un cadeau, si l’on peut dire… Et ma meilleure protection. Si tu souhaites me tuer, tu n’as pas d’autre choix que de tirer dans la tête. Oups, je viens de t’aider. Mais sache que je me protège assez bien à ce niveau-là. Et puis, dans le feu de l’action, comment pourrais-tu prendre le temps de me viser à cet endroit précis ? J’ai mon manteau et mon fusil, et toi Raiden, que possèdes-tu ? »

Meier Link tire dans les caisses, provoquant un gros trou au dessus de Raiden. Il se jette à terre et tire dans les jambes. Les balles s’écrasent sur le manteau encore.

« Bien essayé. »

Meier Link court sur sa droite et tire en direction de Raiden. Un éclat des cartouches lui érafle le visage qui se met à saigner. Il effectue une roulade sur sa droite pour se retrouver face à son adversaire. Raiden s’accroupit. Meier Link tire dans les caisses en avançant le bras, une des caisses voltige devant Raiden. Raiden tire à son tour, mais Meier Link s’est déjà recaché. Les deux hommes attendent, dos à dos, contre leur caisse. Raiden se jette de nouveau en avant, évitant du même coup un tir de Meier Link. Raiden fait une seconde roulade sur la parallèle gauche pour débusquer Meier Link. Il tire plusieurs fois dans les caisses tout en avançant pour arriver enfin jusqu’à lui. Meier Link sort de sa cachette effectue un saut sur la parallèle droite. Une fois stabilité, il tire sur Raiden, endommageant le tapis roulant en même temps. Il tire un autre coup, explosant un carton et libérant ainsi la vue pour repérer Raiden.

« Allez, sors de là ! »

Raiden rampe pour rejoindre son coin gauche et tenter de prendre Meier Link par surprise. Il attrape sa mitraillette Il tire horizontalement dans la direction de Meier Link qui repart se cacher. Plusieurs balles rebondissent sur le manteau noir. Raiden suit la course de Meier Link et continue à tirer le débusquant de son abri. Meier Link riposte avec un tir non visé, explosant encore une caisse. Sur la gauche, il ne pouvait plus se cacher à présent qu’accroupi. Raiden use ses dernières balles et se cache derrière le lot de caisses à droite. Il sort un fusil à pompes.

« Alors Raiden, on faiblit, on a plus de balles ? »

Raiden sort et tire projetant Meier Link en arrière. Meier Link, très surpris, regarde si il n’a pas de blessure. Son manteau a reçu un gros éclat de balles. Raiden et Meier Link échangent des tirs, provoquant d’énormes trous sur le tapis roulant, les murs et les caisses. Meier Link, énervé tire plusieurs fois sur les caisses où se trouvait Raiden, l’obligeant à sortir. Meier Link tire une dernière fois, touchant en partie Raiden à la jambe, qui s’élance en avant pour rejoindre la dernière caisse sur la gauche. Blessé par légèrement, il effectue une roulade en avant en dessous ? Il sort son couteau, effectue une seconde roulade sur la gauche pendant que Meier Link arrive en courant l’arme à la main. Ils se retrouvent face à face, l’un devant l’autre. Raiden écarte le fusil d’un revers de la main, fait une volte face en jetant l’arme, puis plante son couteau dans le ventre de Meier Link. Meier Link titube et s’effondre sur le tapis roulant avant de tomber sur le sol, mort. Raiden est en carence de munitions et d’arme. Il fouille un peu partout dans la salle et trouve un stinger. Il trouve quelques chargeurs pour la mitraillette et le socom. Mais, une autre bataille de ce genre réduirait ses munitions à néant. Raiden arrache un morceau de tissu et entoure sa jambe. Il appelle le colonel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.insaniaweb.com
Angelheart
The Pain
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Ven 29 Avr - 16:05

« Colonel, j’ai vaincu les sept membres du groupe Children Of Big Boss. »

« Parfait Raiden, mais fais attention, il reste encore Ocelot… »

« Je le sais… »

Raiden entend des coups de feu provenant de dehors. Il sort précipitamment. Dehors, sur un chemin en pierre menant à un grand hangar se trouvent Ocelot, des hommes du spetnaz et des marines. Les marines sont arrivés en parachute.

Ocelot : Arrêtez, ne tirez pas !

Ocelot tente de calmer le jeu, avant que la bataille tourne au massacre. Il tourne, marche en levant les bras, en faisant des gestes, devant chacun des marines. Les marines reculent, connaissant la réputation de Revolver Ocelot. Il sort un talkie-Walkie.

Ocelot : Tous les hommes dans le hangar du MG, venez ici tout de suite.

Raiden : Hangar du MG…

Raiden est appelé par codec.

« Raiden, ici Eva ! »

« Eva, où es-tu ? »

« Dans le hangar ! J’ai entendu l’alerte lancée par Ocelot. Je vais tenter de ralentir leur course, pendant ce temps, occupe-toi d’ocelot et ses hommes ! »

Le codec coupe.

Ocelot : Raah, que font-ils ?

Marine : Ne bougez plus et rendez-vous !!!

Ocelot : Oh… Tu sais au moins à qui tu parles ? Je suis Revolver Ocelot !!!!

Ocelot effectue un tour en jetant son manteau puis tire et tue quatre hommes. Il recule et laisse passer les hommes du spetsnaz. Raiden prend son sniper et tire dans la tête de chaque membre, un à un. Surpris, Ocelot regarde dans sa direction puis râle. Il sort de nouveau son pistoler et élimine les derniers marines présents.

Ocelot : Te voilà enfin, gamin ! Viens me voir !

Raiden s’approche d’Ocelot.

Ocelot : Alors, tu viens de tuer Meier Link ? Hmmm… Tous des incapables de toute manière… J’imagine que la fille n’est pas loin.

On entend des coups de feu dans le hangar.

Ocelot : Qu’est ce que je disais… Me voilà coincé donc. Vaincu par ceux que je servais auparavant.

Raiden : De quoi tu parles ?

Ocelot : Encore pris dans l’engrenage à ce que je vois… On ne t’a encore rien dit, mais tu as suivi les ordres simplement, sans chercher à comprendre. Il est vrai qu’avec toi, les patriotes doivent être aux anges.

Raiden : …

Ocelot : La petite garce qui t’accompagne…elle est avec eux.

Raiden : Tu mens !

Ocelot : Tiens donc ! Tu crois que je ne sais pas reconnaître un innocent d’une personne infiltrée ? La différence est qu’elle a contourné tous les obstacles et s’est servi de toi depuis le début pour arriver ses fins. Tu n’as rien dans le crâne mais comme machine de guerre, on ne fait pas mieux !

Raiden : Je suis certain que c’est impossible ! Tu mens !

Raiden pointe son arme sur Ocelot.

Ocelot : De toute manière, j’imagine que pour moi, c’est la fin. Je l’ai redouté le jour où les patriotes m’ont rejeté au profit de cet enfant.

Raiden : De qui tu parles ?

Ocelot : Je suis devenu trop vieux et l’arrivée de ce garçon, surdoué parait-il, je n’avais plus ma place au sein du groupe. Au lieu d’être le manipulateur, j’ai pris la place du manipulé, j’ai eu soif de revanche. Mais je crois que chacun agit de son propre chef, il est impossible de gagner face à ça.

Raiden : Mais de qui parles-tu à la fin ???

Ocelot : Du fils d’olga !!! Qui d’autre ?? Tu ne comprends jamais, stupide Raiden !

Raiden : Hmmm…

Ocelot : Tu pensais de nouveau agir pour le bien, mais sache que derrière une noble cause se cache toujours les intérêts de personnes plus viles.
Raiden : Que devais-je faire alors ?? Vous laisser agir et détruire les Etats-Unis ??

Ocelot : Ah, ah. Tu vois, tu n’es pas le seul idiot dans l’histoire. Ce vieux renard de Snake m’a bien trompé, il ne comptait pas défier les patriotes, c’était un leurre.

Raiden : …

Ocelot : Tu veux savoir pourquoi le Metal Gear était invisible à tous ?! Tout simplement parce qu’il a, greffé sur lui, un camouflage optique ! (Ocelot sort une manette). Voilà comment nous avons pu berné tout le monde !

Une détonation retentit. Une tâche sombre apparaît sur la côte d’Ocelot. Derrière lui se tient Eva, l’arme encore fumante. Elle ramasse la manette.

Eva : Alors Ocelot, comment se sent-on à l’approche de la mort, comme l’être inutile que tu es ?

Ocelot : Eva…encore en traître…

Eva : Tu dois connaître ce genre de situation, sauf que d’habitude, c’est toi qui tiens l’arme !

Raiden : Eva !!!!

Eva regarde Raiden avec un sourire malicieux puis court vers le hangar. Raiden va pour s’élancer à sa poursuite mais Ocelot le retient.

Ocelot : Battu par nos propres fils… Je veux savoir si c’est vrai.

Ocelot sort ses deux colts, jongle avec et les pose à terre devant Raiden.

Ocelot : Chacun prend le sien, seulement un des deux possède une balle. Soit pour toi, soit pour moi.

Raiden ramasse le pistolet de gauche et Ocelot le droit, puis ils se tirent dessus. Dans l’urgence, Raiden appuie rapidement. Le coup part…dans le cœur d’Ocelot.

Ocelot : J’ai perdu, tu as définitivement trop de chances Raiden…

Ocelot s’écroule sur le ventre, son arme à côté du visage. Raiden court dans le hangar. Il entend un grand fracas puis entre ensuite. Le Metal Gear est parti, le hangar est percé d’un énorme trou. Raiden avance lentement, dépité, et se retrouve à l’extérieur. Une grande étendue se dispose devant lui. Il entend une voix. Eva parle à travers un micro.

Eva : Tu veux savoir pourquoi les membres du children of big boss t’attendaient à un endroit précis ? Snake avait laissé un espion près de toi, je l’ai entendu de sa bouche. Comme beaucoup d’autres informations. Merci le camouflage optique !! Cependant, chaque membre n’était pas dupe, je n’aurai jamais tout passé sans Jack l’éventreur ! De toute manière, le camouflage, tu peux en parler, le ninja !

Raiden : Comment… ?
Eva : Et oui, je sais que tu es la personne qui m’a aidé dans la base, déguisé en ninja. C’était pour vous mettre la puce à l’oreille, toi et Otacon. Surtout toi ! Notre fréquence radio n’était volontairement pas cachée pour vous permettre de recueillir des informations, puis notre discussion a due semer le doute en toi. Il ne manquait qu’à attendre un geste de Snake pour te voir de nouveau débarquer.

Raiden : Tu travailles donc pour les patriotes ?

Eva : Et oui. Malheureusement, pour toi, cela ne faisait aucune différence. Nous cherchions tout deux à arrêter Solid Snake. Tu n’as pas cherché à en savoir plus ! Snake battu par son propre ami ! Quel joli spectacle tu leur a offert durant ces nombreuses heures. Je n’ai juste eu qu’à t’aider pour Raine. Je n’ai jamais plongé dans l’espoir d’arriver au but, ni de t’appeler ensuite. Je te laissais te débrouiller avec Meier Link. Merci encore pour Ocelot, cela m’évitera d’avoir à l’achever moi-même. Tu es bien comme on me l’avait dit : tu obéis, comme un chien !!!

Raiden : J’avais confiance…

Le Metal Gear sort du sable, avec à son bord Eva.

Eva : Et maintenant, il va être temps de me débarrasser du jouet qui nous a tant servi !!!

Le Metal Gear rugit. Il ressemble aux autres, il a une structure humaine, mais est arrondi pour pouvoir s’enfoncer dans le sol.

Eva : Meurs !!

Des bras sortent des balles, comme une mitraillette. Raiden court le côté, il dégoupille une grenade chaff et la lance au sol. Le nuage provoqué bloque momentanément ses fonctions.

Raiden : C’est une ancienne technologie…

Etonné mais content d’avoir un sauf conduit, Raiden tire un missile stinger, percutant le Metal Gear qui tremble sous le choc. Le Metal lâche des grenades rondes, qui s’infiltrent dans le sol.

Eva : Un cadeau pour toi Raiden.

Raiden recule et se met à courir dans le hangar. Il est soufflé par une explosion dans le sol qui le propulse à l’intérieur du hangar. En se relevant, il évite de peu un laser lui arrivant droit dessus, en sautant. Encore sonné, il lance une grenade chaff, brouillant le système de contrôle d’Eva. Il tire un second missile, touchant au but.

Eva : Salaud !!

Le Metal Gear plonge dans le sable et disparaît. Raiden reste à sa place, accroupi derrière des décombres. Puis, un missile sort du sol et explose le plafond. Raiden est obligé de sortir en courant, avec le poids du stinger qui le pèse. Il est soulevé par le Metal Gear sortant du sol et s’écrase au sol. Eva rigole.


Eva : Surprise, Raiden !!!

Malgré la douleur, Raiden se relève relance une grenade avant qu’elle ne retourne dans le sol.

Eva : Merde !!!!

Raiden tire un autre missile et l’endommage encore. Raiden réitère le schéma avec une grenade puis un missile. Le Metal Gear comment à fumer.

Eva : Raaahhhhh !!!!

Eva tire avec les armes du Metal Gear, à balles, un peu partout, dans l’espoir de toucher Raiden. Contraint de se cacher en se jetant au sol, il n’a pas le temps de relancer une autre grenade.

Eva : Je te vois Raiden.

Les tirs reprennent, les jets sortant du sable, Raiden s’élance dans les débris du hangar.

Eva : Tu te crois à l’abri ??

Le Metal Gear sort du sol avec une vélocité folle, il reste en lévitation, le laser sort d’un coup et Raiden a à peine le temps de sortir de sa cachette pour l’éviter. C’est un missile ensuite qu’il doit éviter, il arme son stinger tout en sautant et touche le Metal Gear, mais il se voit propulsé plus loin. Il se remet debout douloureusement après avoir jeté une grenade. Il touche de nouveau Eva mais sent la fatigue et la lassitude venir. Son corps ne pourra plus supporter beaucoup d’acrobaties. Il remarque que sa chute lui a provoqué une plaie au visage qui saigne et son torse doit être couvert de bleus. Le Metal Gear se rend d’un coup invisible et le trou provoqué dans le sol montre qu’il a plongé.

Eva : Comment comptes-tu me toucher maintenant ?? Je peux être n’importe où, aussi grand que soit le Metal Gear, tu ne me trouveras pas !

Raiden saute sur le sable. Il attend de longs instants. Il lance une grenade chaff et attend. Lorsqu’il voit le Metal Gear sortir du sol, il en lance une seconde. Elle désarticule entièrement celui-ci.

Eva : Qu’est ce que tu as fait ???

Raiden peut entendre le bruit, mais il ne peut voir. D’un coup, la fumée apparaît, Raiden vise à peur près et tire. Le Metal Gear réapparaît, en feu, prêt à exploser. Il se tortille. Raiden part en courant en attendant l’explosion. Celle-ci arrive et souffle une partie de l’endroit, sans provoquer réellement de dégât. Raiden se relève et se frotte les mains, il revient vers le lieu de l’explosion.

Eva sort de la fumée, amer, une blessure sur le front.

Eva : Il ne faut jamais t’attaquer de front…Je comprends pourquoi maintenant. J’ai perdu la tête…La folie des grandeurs… Je croyais que c’était acquis.

Elle sourit et sort un couteau.

Eva : De toute manière, je suis déjà morte. Les patriotes ne voulaient pas du Metal Gear et ils n’ont certainement plus besoin de moi maintenant que toute menace est stoppée. Je dois aller tuer Snake normalement…

Raiden : Eva…

Raiden sort son socom, met un silencieux dessus.

Eva : Défends-toi Raiden

Ces paroles sont lancées de manière très morne.

Elle s’élance en avant, le couteau à la main, Raiden s’écarte, pointe son arme sur le ventre d’Eva et tire, une fois. Un halo rouge recouvre son corps, elle fait quelques pas, avant de tomber. Raiden reste tête baissée. Il reçoit un appel par codec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.insaniaweb.com
Angelheart
The Pain
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Ven 29 Avr - 16:06

« Raiden, ici Snake ! »

« Snake ? »

« Rejoins-moi. »

« Mais où ?? »

« Tu te souviens de l’ascenseur que tu n’as pu emprunté en arrivant dans la base ? Retourne là-bas, je t’y attendrais… »

« Mais il ne marchait pas ! »

« Je t’attends là-bas. »

Le codec coupe. Raiden, lassé, entame tout de même sa marche jusqu’au lieu de son arrivée calme. Il traverse au milieu des cadavres de ses adversaires, des marines, effectuent quelques sauts, marche de longues minutes, seul, dans cette grande base vide. Une fois arrivé devant l’ascenseur, il l’observe, l’air fatigué. Il appuie sur le bouton. Il entend un blocage puis un déclic, il descend. La grille s’ouvre, il monte à l’intérieur. L’ascenseur le sort des sous-sols et s’arrête à un étage. Il voit une fontaine d’eau qui goutte, des toilettes, une table avec un couteau. L’endroit est très silencieux. Puis l’ascenseur reprend sa course. Raiden est pris d’une frayeur lorsqu’il se retrouve dans le vide. L’ascenseur continue en l’air, Raiden aperçoit le soleil maintenant. Il ne comprend pas comment l’élévateur peut se hisser tout seul dans les airs. Puis il stoppe.

Snake : Bienvenue Raiden…

Une zone apparaît devant Raiden. Snake se trouve dessus, deux fourreaux à côté de lui, au sol.

Snake : Tu sais, gamin, je t’ai vu passer à ton arrivée ici, au tout début…

Raiden : Explique-moi, pourquoi tout ça… ?

Snake : Tu as déjà vu un coucher de soleil de ce genre, Raiden ?

Snake s’écarte et laisse la vue à Raiden, qui remarque enfin la couleur du ciel, depuis la première de son aventure.

Snake : Liquid a sûrement raison, je me délecte des combats, des affrontements, du sang. Je n’étais crée que pour cela, de toute manière ;

Raiden : Tu mens, Snake !!

Snake : Toujours aussi crédule, gamin. Ca a failli te jouer des tours…

Raiden : Je dois me rendre à l’évidence alors…

Snake : Tiens, il me semble que tu apprécies particulièrement le sabre (il en tend un vers Raiden).

Raiden l’attrape. Snake s’avance sur la zone, vide, surélevée par rapport au sol, avancée.

Snake regarde le soleil : J’ai réussi à me cacher ici grâce au camouflage optique. Ces petits bijoux marchent maintenant pour les gros objets. Voilà pourquoi j’étais introuvable, invisible. Je me retranchais ici pour connaître le calme, attendre ma fin…

Snake sort son sabre du fourreau.

Snake : Offrons un beau spectacle aux patriotes.

Le codec de Raiden sonne, mais il ne tient pas à répondre. Il sort son sabre aussi et se met en garde. Snake fait un pas en direction de Raiden, qui frappe dans le vide. Snake le repousse d’un coup d’épaule.

Snake : Alors gamin, t’abandonnes déjà la partie.

Raiden fonce sur Snake et l’assène de plusieurs coups de sabre que Snake contient difficilement. Snake donne un coup de pied dans le torse de Raiden qui s’écroule au sol.

Snake : Je retire ce que j’ai dit.

Snake lance son sabre, Raiden retire ses jambes puis se met debout. Il plaque son sabre contre lui pour arrêter le second assaut de Snake. Ils sont l’un contre l’autre, repoussant leurs sabres. Snake fait un croche-pattes à Raiden qui donne un grand coup de sabre en tombant. Il blesse Snake au visage, au dessus de l’œil gauche. Le sang l’oblige à fermer son œil.

Snake : Hmmm…Tu tiens à tout recréer dans les moindres détails.

Raiden : Comment ?

Les échanges raisonnent dans la base fantôme, les entrechoquements de métal, les bruits des pieds sur le sol… Snake blesse Raiden au bras, tandis que Raiden blesse Snake à la jambe. Puis Raiden prend du recul et saut les deux pieds en avant sur Snake qui fait un roulé-boulé arrière sous l’effet du choc.

Snake se relève et se met la main devant la bouche : Ah, c’est comme ça !

Snake effectue une roulade contre Raiden qui tombe sur le dos, il lâche son sabre. Snake pointe son sabre sur Raiden, qui le fixe droit dans les yeux avant de relever ses jambes pour plaquer le sabre Snake au sol. Il ramasse le sien et dans le mouvement blesse Snake à la main. Snake retire son sabre.

Raiden : Snake…Restons-en là…

Snake effectue un retourné et donne un grand coup de pied dans le torse de Raiden.

Snake : Que crois-tu gamin ? Que je t’ai fait venir ici pour jouer aux cartes ?!

Snake enfonce son sabre dans le pied de Raiden. Raiden hurle, le sang s’écoule de sa chaussure.

Snake : Tu vas te défendre ?

Raiden se relève lentement en tentant de ne pas trop poser son poids sur son pied. Il donne quelques coups de sabres horizontaux que Snake évite en se baissant ou reculant. Snake frappe dans le sabre de Raiden qui se déporte puis le pousse. Il s’approche de Raiden, sonné, par terre.

Snake : Allez gamin, courage…

Raiden marche, sur une seule jambe, laissant s’évacuer une traînée de sang sur la zone. Snake donne un coup de sabre que Raiden évite. Raiden contre attaque et offre une grande plaie sur le torse de Snake. Snake s’abaisse en mettant devant son bras devant la blessure.

Snake : Bien joué gamin…

Raiden : Tu as fait exp…

Snake s’élance et martèle Raiden, qui tente de contenir ses assauts. Puis la lame s’élève et retombe sur l’épaule de Raiden.

Snake : Touché gamin !

Raiden tente de soulever le sabre mais Snake appuie férocement dessus faisant souffrir horriblement Raiden. Snake ne relâche pas la tension, Raiden active son bras gauche et sous l’urgence de la situation plante son sabre dans le ventre de Snake. Snake retire le sabre de l’épaule de Raiden et de son ventre. Il pose un genou à terre, en soufflant, le sabre planté dans le sol. Puis il empoigne son sabre et fonce en avant sans réfléchir. Raiden s’écarte sur le côté et tranche dans le vif. Snake fait encore quelques pas avant de s’écrouler… Raiden jette son sabre et reste inactif, devant le coucher de soleil.
Arrivé chez lui, après avoir soigné ses blessures et reçu des félicitations qu’il ne souhaitait pas avoir, Raiden rentra chez lui, certain d’avoir assisté à une mascarade funeste. Cela s’est confirmé lorsqu’il sentit dans sa poche un minidisque audio. Il avait attendu d’être rentré, seul, pour l’écouter. Il le plaça dans son lecteur, s’assit dans son canapé et écouta.

« Salut Gamin ! Et oui, c’est Snake »

Raiden est pris de doute, il se rend compte que Snake lui a placé durant la bataille.

« Tu dois toujours te demander à quoi rimait tout cela, pourquoi moi, Snake, le défenseur de grandes valeurs, je devenais un mercenaire aveugle, près à tuer des millions d’innocents… La réponse est très simple, et je vais te la dire. Je ne vous avais pas mis au courant, ni toi ni Otacon pour des bonnes raisons. J’attendais ta venue Raiden. Depuis le début… Et si tu avais su quelles étaient mes intentions, tu ne serais certainement jamais allé jusqu’au bout. J’ai mis Otacon dans le secret concernant cette base sans lui indiquer pourquoi elle allait me servir. Je savais pertinemment qu’il allait vouloir t’aider dans ta tâche… Je n’avais nullement l’intention de défier les patriotes ou les Etats-Unis, le Metal Gear que j’avais en possession n’aurait jamais pu mener une guerre, comme tu l’as très bien démontré toi-même. Le groupe Children of Big Boss n’a été crée que dans le but d’une diversion. J’en suis désolé pour mes camarades, mais ils n’étaient là que pour tester… Savoir, si tu te sentais capable de surmonter cette épreuve. Difficile d’aller jusqu’au bout dans de telles conditions, mais j’ai suivi toutes tes péripéties grâce à un cypher, caché par un camouflage optique. Je savais exactement où tu te trouvais à chaque moment, ainsi prévoir ton avancée dans les règles et placer un des membres du groupe face à toi. J’ai donné le change devant les patriotes pour devenir ce qu’ils souhaitaient que je sois : l’ennemi public numéro un à abattre. Tu sais, si tu n’avais pas mené à bien ta mission, ils auraient envoyé une bombe nucléaire, dans le doute, pour être certain d’être débarrassés, au risque d’avoir à rendre des comptes. Ocelot croyait en moi aussi, mais je n’ai fait que renforcer l’idée des patriotes pour mieux les convaincre. Il était comme moi, une vieille légende devenue un homme traqué, nous éliminer du même coup étaient trop tentants pour eux… Pourquoi je te raconte tout cela ? Parce que Big Boss ne m’a pas prévenu, je ne voulais pas faire la même erreur que lui et te laisser seul, sur une mauvaise. Et pas seulement pour ça, gamin. La base entière n’était qu’un vaste théâtre où l’on faisait semblant. J’ai convaincu Ocelot du leurre, lui indiquant qu’on allait partir ensuite, qu’elle allait nous servir le temps de mettre le Metal Gear au point. J’ai été traître, mais je vais en payer le prix… Utiliser les mêmes armes que les patriotes. Tout ce qu’ils souhaitaient, c’est me voir mort. Et qu’importe la manière dont je disparaissais, du moment que ce soit fait. Et t’utiliser toi, Raiden, par l’intermédiaire d’Eva, leur semblait la meilleure solution. Mais je sais que tu n’es pas naïf, juste trop confiant. Mais ce sera ta force pour ta prochaine mission, car elle vient à peine de débuter… Je n’ai pas mis au point qu’un seul Metal Gear, mais plusieurs. Une trentaine, comme celui de la base, près à servir. Sur le cd, tu trouveras aussi des informations sur les patriotes, précieusement recueillis et qu’Eva cherchait… Pour une fois, je fus le maître d’orchestre. Est-ce que ma mort ainsi que de plusieurs était nécessaire ? Oui. Les patriotes n’auraient jamais cru à autre chose qu’en mon décès, et il fallait que tout soit réel. Le fait que tu sois encore vivant prouve qu’il existe encore un espoir. Je n’étais là que pour te montrer le chemin, tu vas me remplacer à présent… Je t’ai fourni les armes, je t’ai entraîné et maintenant, tu prends ma place… Bonne chance Raiden…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.insaniaweb.com
Angelheart
The Pain
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Ven 29 Avr - 16:06

Voilà, ma fic est terminée, je vous laisse la lire, si le coeur vous en dit smoke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.insaniaweb.com
kyo kusanagi
The Sorrow
avatar

Nombre de messages : 615
Date d'inscription : 25/12/2004

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Ven 29 Avr - 21:18

Le coeur et l'envie clin d'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naked Snake
Administrateur Exécutif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2244
Age : 31
Localisation : In the Middle East to find Liquid....
Date d'inscription : 24/12/2004

MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   Ven 29 Avr - 22:07

ouais,j'ai le coeur mais l'envie....moins.... smoke

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fandemetalgear.forumactif.com/index.forum
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Metal gear solid 4: Children of Big Boss   

Revenir en haut Aller en bas
 
Metal gear solid 4: Children of Big Boss
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Tjukurpa]
» she was too quiet, or she was too loud ? ?
» Nouveau Boss, nouveau Dofus !
» Metal adventure
» [LEGO] Coup de coeur"metal sonic"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Passion Metal Gear Et Biohazard :: METAL GEAR SOLID :: Metal Gear Solid 4 : Guns Of The Patriots-
Sauter vers: